•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transports en commun : Québec doit aller plus vite, réclament des organismes

Un ouvrier sur le chantier du REM sur la Rive-Sud.

Le chantier de la Rive-Sud du REM.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Vincent Rességuier

Pendant la campagne électorale provinciale, Équiterre et l'organisme Trajectoire avaient publié une liste de 12 projets de transport collectif jugés prioritaires au Québec. Un an plus tard, le bilan est mitigé : la moitié des projets sont en cours, mais d’autres font du surplace.

Selon la directrice de Trajectoire, Sarah V. Doyon, le gouvernement Legault n’a pas tenu toutes ses promesses, loin de là. Mme Doyon souligne cependant qu'il reste près de trois ans au mandat caquiste pour les réaliser.

Sarah V. Doyon retient notamment l'engagement fait en campagne d’équilibrer le budget d’investissement avec 50 % pour les transports collectifs et 50 % pour le transport routier.

Un objectif qui ne s’est pas concrétisé dans le premier budget de la CAQ. Mais Mme Doyon garde espoir, parce qu’en coulisses elle dit recevoir des messages positifs en ce sens. Mme Doyon entend donc surveiller de près le prochain budget du gouvernement Legault.

Même si les actions sont limitées, on espère que le rythme va s’accélérer. Pour l’instant, on leur fait encore confiance.

Sarah V. Doyon, directrice de Trajectoire

Urgence d’agir pour la ligne orange

Parmi les déceptions, Trajectoire et Équiterre mentionnent d’abord le statu quo concernant le raccordement de la ligne orange du métro de Montréal à la station Bois-Franc du Réseau express métropolitain. Un tronçon de 1 kilomètre qui faciliterait « les transferts entre les différents modes de transport et qui offrirait une alternative en cas de panne », soutient le communiqué signé par les deux organismes.

Une demande formulée en particulier par les usagers de la ligne de trains de banlieue de Deux-Montagnes. Pendant les travaux du REM, ils vont devoir utiliser des navettes pour aller de la station de train Bois-Franc jusqu’au métro Côte-Vertu, ce qui irrite notamment le maire de Deux-Montagnes. Une situation dont pourraient également pâtir les automobilistes qui vont voir débarquer sur l’autoroute 40 de nombreux autobus à l’heure de pointe.

Un gros morceau et une occasion ratée, selon Sarah V. Doyon, de réaliser une connexion facile alors qu’il y a un investissement massif dans un nouveau système de transports en commun moderne et lourd. Une occasion ratée également parce qu’il aurait été possible de profiter du tunnelier qui va servir pendant les travaux du REM.

Une option qui pourrait aller de pair avec un autre projet dans la couronne nord de la métropole qui est au ralenti : la mise en place de voies réservées pour les transports en commun. Selon Trajectoire, il est indispensable d’améliorer la fluidité des déplacements dans ce secteur comprenant Laval, où les citoyens perdent environ 50 millions d’heures par année dans les transports.

Les régions oubliées

Trajectoire et Équiterre regrettent qu’il n’y ait toujours pas d'annonce pour la mise en place d’un système rapide, comme un système léger sur rail, dans l’ouest de Gatineau. Une installation qui permettrait de créer un lien avec le réseau de transports d’Ottawa et qui est vue d'un bon oeil des usagers et des élus locaux.

Autre ombre au tableau, selon Sarah V. Doyon, l’absence de plan régional de transport collectif dans la région de La Tuque-Shawinigan-Trois-Rivières. Il y a pourtant un énorme besoin, dit la directrice de Trajectoire, surtout depuis que les lignes interurbaines ont été abolies. Elle recommande une vision globale [...] pour coordonner le transport collectif de la région.

Des projets en cours de réalisation

Au rang des satisfactions, la directrice de Trajectoire, Sarah V. Doyon, se réjouit de trois projets qui vont bon train. En premier lieu, le financement du réseau structurant de Québec qui comprend le tramway et qui a été annoncé par le gouvernement fédéral en août dernier, juste avant les élections. 

Elle retient également deux projets montréalais. Le prolongement de la ligne bleue du métro, qui avance enfin après 40 ans de discussion et la mise sur pied d’un service rapide par bus rapide Saint-Laurent Ahuntsic-Cartierville, qui est en construction et qui devrait être inauguré d’ici la fin 2020. 

Sarah V. Doyon attend avec impatience une annonce pour le projet de train à grande fréquence entre Québec et Windsor. Des études sont en cours, on a bon espoir que ça devrait se faire rapidement, conclut-elle.

Les projets non réalisés :

  • Lien rapide de l’ouest de Gatineau
  • Amélioration du train de Mont-Saint-Hilaire
  • Plan de transport collectif dans la région La Tuque-Shawinigan-Trois-Rivières
  • Train Montréal-Sherbrooke, via Saint-Jean sur Richelieu
  • Raccordement de la ligne orange du métro avec le REM à Bois-Franc
  • Voies réservées pour les autobus dans la couronne nord de Montréal 

Les projets en cours de réalisation :

  • Réseau structurant de la ville de Québec (Tramway) 
  • Services rapides par bus à Sherbrooke
  • Prolongement de la ligne bleue du métro dans l’est de Montréal
  • Réseau express métropolitain (REM)
  • Services rapides par bus à Montréal entre Saint-Laurent et Ahuntsic-Cartierville
  • Transport collectif autonome et intelligent

Étude en cours :

  • Train grande fréquence Québec-Windsor

Source : Équiterre et Trajectoire

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Transport en commun

Environnement