•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ambulancier paramédical de l'Outaouais soupçonné d'avoir intoxiqué des collègues

Une femme porte une chemise sur laquelle se trouve un écusson portant l'inscription « Technicien ambulancier - Paramédic - Québec ».

Une technicienne ambulancière de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais (archives)

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Radio-Canada

Un employé de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais (CPO) aurait versé une substance dans les verres de ses collègues, lors de la fête du 30e anniversaire de la coopérative, au Hilton Lac-Leamy à Gatineau, le 16 novembre dernier.

Le gala réunissait plus de 300 personnes, dont plusieurs dignitaires. Des employés se sont sentis par la suite intoxiqués.

La CPO n’a pas voulu préciser la nature de la substance qui aurait été versée dans les verres, le genre des personnes qui auraient été intoxiquées, ni le type de symptômes que ces personnes ont ressenti.

La direction de la coopérative précise cependant que de deux à neuf employés auraient été touchés.

C’est arrivé un samedi soir; le lundi matin, on a été informés de la situation et donc on a procédé le plus rapidement possible. C’est quand on a eu l’information qu’on a réagi, a affirmé le directeur général de la CPO, Paul Levesque.

[Le soir même] elles ont été prises en charge par des amis [...] ce n’est que le lundi qu’elles se sont rendu compte qu’elles étaient plusieurs à avoir eu les mêmes symptômes et qu’elles ont considéré important de faire remonter l’information à la direction.

Paul Levesque, directeur général de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a ouvert une enquête sur cette affaire. Une enquête interne a aussi été lancée. Elle sera menée par un bureau d'avocats spécialisés.

Une salle remplie de gens pour un gala.

Un employé de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais aurait versé une substance dans les verres de ses collègues lors de la fête du 30e anniversaire de la coopérative qui rassemblait 300 personnes au Hilton Lac-Leamy à Gatineau, le 16 novembre dernier.

Photo : Facebook/Coopérative des paramédics de l'Outaouais

Ce genre de chose demande un certain doigté, et à l’interne on n’a pas cette expertise en lien avec des enquêtes aussi précises, affirme M. Levesque.

Afin de faire bien les choses, on a considéré que de se faire accompagner par un bureau d’avocats dont c’est la spécialité, on ferait les choses de manière plus intelligente, notamment en coordination avec l’enquête de la police, ajoute-t-il.

Cette enquête a cependant été suspendue temporairement pour ne pas nuire à l'enquête policière.

Du soutien a été offert aux victimes par le biais du Programme d'aide aux employés et à la famille (PAE).

L'employé, qui travaille pour la Coopérative des paramédics de l'Outaouais depuis quelques années, a été suspendu, mais il conserve son salaire pour le moment.

Le directeur général de la CPO, Paul Levesque, s'est abstenu de donner plus de détails afin de ne pas nuire à l'enquête policière.

Le syndicat attend les résultats de l'enquête

Le vice-président de la Fraternité des paramédics de l’Outaouais, Carol Desjardins, affirme avoir été informé de l’incident par l’employeur la semaine suivant les faits allégués.

En raison de l’enquête policière qui suit son cours, il affirme qu’il ne peut commenter ou donner des informations au sujet du suspect.

Ça reste des suppositions. On va attendre que l’enquête de la police de la Ville de Gatineau suive son cours, affirme M. Desjardins.

Étant donné la nature des allégations, il croit que la suspension de l’employé était nécessaire.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Ottawa-Gatineau

Crimes et délits