•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meng Wanzhou publie une lettre pour marquer le premier anniversaire de sa détention

Une femme en robe entre dans une voiture noire.

La directrice financière de l'entreprise chinoise Huawei, Meng Wanzhou, a été arrêtée par la GRC le 1er décembre 2018 à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Mugoli Samba

Pour marquer le premier anniversaire de sa détention, la directrice financière de l'entreprise chinoise Huawei, Meng Wanzhou, a publié une lettre ouverte sur son séjour au Canada.

La lettre, publiée sur le blogue de l’entreprise Huawei, affiche un ton positif malgré le début d’audiences pour son extradition vers les États-Unis prévues le mois prochain.

Au fil de la dernière année, j’ai appris à faire face à ma situation et à l’accepter, écrit Mme Meng, décrivant les jours écoulés depuis son arrestation, le 1er décembre 2018, à l'aéroport de Vancouver.

Je n’ai plus peur de l’inconnu.

Meng Wanzhou, directrice financière, Huawei

Les autorités américaines tentent de l’extrader vers les États-Unis pour fraude, mais les avocats de la défense de Mme Meng soutiennent que le Canada ne devrait pas se plier à ces demandes.

Escortée, Meng Wanzhou sourit à son arrivée à l'audience préliminaire. Elle porte à la cheville un bracelet électronique.

L'audience pour l'extradition de Meng Wanzhou ne commencera pas avant le 20 janvier.

Photo : Reuters / Lindsey Wasson

La directrice financière consacre quelques phrases de sa lettre à la période où elle était détenue au centre correctionnel Alouette pour femmes, au début de sa détention.

Grâce à la gentillesse des agents correctionnels et des autres détenus au centre correctionnel Alouette pour femmes, j’ai pu traverser les pires journées de ma vie, écrit-elle.

Meng Wanzhou a ensuite obtenu une libération sous caution pour une somme de 10 millions de dollars. Elle habite depuis dans l’une de ses deux propriétés vancouvéroises, toutes deux d’une valeur de plusieurs millions de dollars.

Une maison dèrrière un enclos, sous un ciel sombre et nuageux.

Meng Wanzhou a deux maisons à Vancouver, dont ce manoir d'une valeur de 15 millions de dollars à Shaughnessy.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Ses déplacements sont limités à la région de Vancouver. Elle peut recevoir des visiteurs et communiquer librement, mais porte un bracelet électronique à la cheville et est suivie par un garde de sécurité.

Je ne me sens plus aussi loin de chez moi, ajoute-t-elle dans sa lettre. Malgré les limites imposées à mes libertés personnelles, mon âme souhaite toujours être libre. Parmi tous les défis, j’ai su trouver la lumière dans la vie autour de moi.

Mme Meng dit avoir, entre autres, plus de temps à consacrer à la peinture à l’huile.

Si une vie occupée prenait beaucoup de mon temps libre, cette épreuve difficile me l’a en quelque sorte redonné, écrit-elle.

Elle remercie longuement ses collègues de Huawei, les clients et les fournisseurs de l’entreprise.

Aucune mention des Canadiens détenus en Chine

Michael Kovrig (à gauche) et Michael Spavor (à droite) ont été arrêtés par les autorités chinoises.

Michael Kovrig (à gauche) et Michael Spavor (à droite) ont été arrêtés par les autorités chinoises le 18 décembre 2018.

Photo : La Presse canadienne/Twitter

Le mois de décembre marque également l’anniversaire de la détention de Michael Spavor et de Michael Kovri, tous deux arrêtés en Chine peu de temps après l'arrestation de Mme Meng par la GRC.

De nombreux ex-diplomates canadiens en Chine croient que leur détention serait une mesure de rétorsion pour faire pression sur Ottawa pour qu’il libère Meng Wanzhou.

Cette dernière n'a fait aucune mention des deux Canadiens dans sa lettre. Ils ont tous deux subi de nombreuses heures d'interrogatoire en détention et n’ont pas accès à un avocat.

Selon Affaires mondiales Canada, Michael Spavor et Michael Kovri ont eu accès aux autorités consulaires plus d'une douzaine de fois pour évaluer leur bien-être, obtenir des conseils juridiques et les aider à communiquer avec leurs proches.

Réponse du gouvernement chinois

Le gouvernement chinois a fait savoir par voie de communiqué qu’il avait lu les mots de la directrice financière de Huawei.

J’ai été profondément ému après avoir lu la lettre, a déclaré un représentant du ministère des Affaires étrangères chinoises, Hua Chunying. Elle fait face à la situation avec grâce et avec force. C’est très admirable.

Le représentant chinois a également répété la position de la Chine dans ce dossier.

Meng Wanzhou est une citoyenne chinoise innocente détenue sans cause, ajoute-t-il.

La position de la Chine au sujet de Meng Wanzhou demeure cohérente et claire. Les États-Unis et le Canada ont abusé de leurs droits d’extradition bilatéraux, explique-t-il, ajoutant que cela viole les droits et les intérêts de citoyens chinois.

Avec les informations de Chad Pawson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !