•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vapotage : Toronto réclame la fin de la vente des produits aromatisés dans les dépanneurs

Deux adolescentes vapotent.

Toronto s'inquiète de la popularité du vapotage chez les jeunes.

Photo : iStock

Radio-Canada

La santé publique à Toronto presse le gouvernement ontarien d'interdire la vente des produits aromatisés de vapotage, exception faite de ceux à l'arôme de tabac, chez les détaillants accessibles aux mineurs, comme les dépanneurs et les stations-services.

L'hygiéniste en chef de Toronto, la Dre Eileen de Villa, voudrait aussi que le fédéral interdise dans ces commerces la publicité sur les produits de vapotage, en plus de limiter leur contenu en nicotine.

Je m'inquiète des effets sur la santé du vapotage, affirme la Dre de Villa, qui espère limiter la « popularité » de ces produits chez les jeunes.

Elle souligne que le pourcentage des jeunes Canadiens qui vapotent a augmenté de plus de 70 % de 2017 à 2018.

Or, l'usage des cigarettes électroniques est lié à des centaines de cas de maladies pulmonaires au Canada et aux États-Unis, et même à des décès du côté sud de la frontière, ajoute la Dre de Villa.

Le comité de la santé publique de Toronto doit débattre de la question lors de sa prochaine réunion, le 9 décembre.

À compter d'avril 2020, les commerçants à Toronto vendant des produits de vapotage devront obtenir un permis de la Ville spécifiquement pour ce type de produit. Le coût du permis : 645 $.

Publicité interdite

Le gouvernement ontarien a déjà annoncé qu'il bannirait les publicités sur les produits de vapotage dans les dépanneurs et les stations-services à compter du 1er janvier.

L'opposition néo-démocrate demande à la province d'aller plus loin et de limiter la vente des produits du vapotage aux boutiques spécialisées et aux pharmacies.

Pour sa part, l'attaché de presse de la ministre fédérale de la Santé Patty Hajdu indique que cette dernière « partage les inquiétudes de beaucoup gens au pays quant au vapotage ».

Le fédéral va bientôt « restreindre davantage la publicité pour mieux protéger les plus jeunes », mais n'est pas prêt à bannir certains arômes et limiter le contenu en nicotine des produits de vapotage pour l'instant. L'attaché Alexander Cohen précise que les consultations se poursuivent à ce sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Santé publique