•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Semaine nationale de la sécurité routière se centre sur la distraction au volant

Le système GPS est une source de distraction aussi dangereuse que les textos au volant.

Une majorité d'automobilistes utilisent leurs appareils électroniques en conduisant même s'ils savent que la distraction au volant est dangereuse et illégale.

Photo : iStock

Radio-Canada

Cette année, le Conseil canadien de la sécurité et l'Association des courtiers d'assurances du Canada (ACAC) axent leur message sur la distraction au volant. La Semaine nationale de la sécurité routière se déroule jusqu'au 7 décembre.

Notre but principal, c'est qu'on a un message qu'on voudrait partager, c'est que la distraction au volant est tout à fait évitable et qu'il faut simplement prendre compte de ses actions et prendre ses responsabilités, souligne le chef des programmes nationaux au Conseil canadien de la sécurité, Lewis Smith. Simplement, ne pas se laisser distraire au volant.

Dissonance cognitive

Une personne utilisant son cellulaire en conduisant.

Une personne utilisant son cellulaire en conduisant.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Une majorité d'automobilistes utilisent leurs appareils électroniques en conduisant même s'ils savent que la distraction au volant est dangereuse et illégale, indique le Conseil national de sécurité par voie de communiqué.

On parle de 21 % des collisions fatales et 27 % des collisions avec blessures graves qui ont un rapport à la distraction au volant, selon des statistiques de Transport Canada. Des chiffres que nous voudrions vraiment voir à la baisse, affirme Lewis Smith.

Outre le cellulaire, les comportements suivants sont également considérées comme des distractions au volant selon le Conseil canadien de la sécurité :

Distractions au volant :

  • Le cellulaire
  • Manger
  • Régler la musique
  • Ajuster la température
  • Régler le GPS
  • Se maquiller
  • Interagir avec les passagers du véhicule

Le Conseil canadien de la sécurité rappelle que les distractions au volant sont à l'origine de plusieurs accidents de la circulation qui seraient évitables. La dissonance cognitive représente donc un important défi à relever lorsque vient le temps de sensibiliser les automobilistes à la distraction au volant.

La Semaine nationale de la sécurité routière remonte aux années 1950, ce qui en fait la campagne annuelle la plus ancienne du Conseil canadien de la sécurité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Prévention et sécurité