•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des échanges de tirs dans le nord du Mexique font 21 morts

Des soldats lors d'un coucher de soleil

L'armée mexicaine est souvent appelée à intervenir pour protéger la population du nord du pays contre les cartels.

Photo : Reuters / Jose Luis Gonzalez

Reuters

Des heurts entre la police et des hommes armés faisant supposément partie d'un cartel ont fait 21 morts ce week-end dans le nord du Mexique selon les autorités locales, alimentant la polémique lancée par le président américain Donald Trump sur l’idée de considérer les membres de gangs comme des terroristes.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, qui prône une approche moins violente pour contenir les cartels, a rappelé qu'il n'accepterait aucune ingérence de l'étranger sur le sujet, tout en annonçant un redoublement d‘efforts pour endiguer la violence dans le pays.

Des manifestants avec de faux cercueils ornés de drapeaux mexicains

Un an après son élection, la politique du président mexicain divise. Si certains louangent son pacifisme, d'autres le blâment pour les meurtres commis par les cartels.

Photo : Reuters / Jose Luis Gonzalez

Le gouvernement de l'État du Coahuila, dans le nord du Mexique, a fait savoir que la police locale avait tué 7 hommes armés tôt dimanche, un bilan qui s'ajoute à 10 morts liées à des échanges de tirs dans la petite ville de Villa Union, près de la frontière du Texas samedi en mi-journée.

Quatre policiers ont aussi été tués et six autres blessés lors de ces affrontements, suscitant une vague de critiques sur les réseaux sociaux quant à la stratégie adoptée par le gouvernement pour lutter contre le crime organisé.

Traversant la ville en camionnettes, des hommes lourdement armés ont criblé de balles les bureaux du maire de Villa Union et ont combattu la police pendant une heure.

La plupart de ces hommes, qui seraient membres d'un cartel de l'État du Tamaulipas, dans le nord-est du pays, ont été tués par la police locale après une course-poursuite qui s'est engagée lorsque les hommes armés ont quitté la ville, selon le gouvernement de l'État du Coahuila.

Mexico redoute une intervention américaine

Ces événements s'ajoutent à une série de défaillances de sécurité qui ont soulevé des questions sur la capacité du président Andres Manuel Lopez Obrador à endiguer la violence, comme il l'avait promis pendant sa campagne électorale.

Le président américain Donald Trump a déclaré le 26 novembre qu'il souhaitait classer les cartels mexicains comme des groupes terroristes, des propos mal reçus par la classe politique mexicaine.

Nous n'accepterons aucune ingérence. Nous sommes un pays souverain et libre, a déclaré dimanche le président mexicain, dans un discours, lors de l'anniversaire de son investiture dans le centre-ville de Mexico.

Selon des médias locaux, cette désignation des cartels comme des groupes terroristes pourrait légitimer des interventions militaires clandestines par les États-Unis au Mexique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Crime organisé

International