•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Syndicat des agents de la faune déplore le manque d'information sur le nouveau mandat de ses membres

Deux hommes dans une voiture. Le premier remplit un constat d'infraction. Le second tient une arme..

Les agents de la protection de la faune du Québec peuvent désormais vérifier l'immatriculation des armes à feu.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Emily Blais

Le Syndicat des agents de protection de la faune déplore le manque d'informations sur le nouveau mandat de ses membres.

Vendredi, le ministère des Forêts annonçait que les agents de la faune pourront aussi appliquer l'ensemble de la Loi sur l'immatriculation des armes à feu.

Pour le président du syndicat, Martin Perreault, ses membres doivent d'abord normalement recevoir une formation sur les modalités et les procédures d'applications de la loi.

« Quand on ne sera pas capable d'aller vérifier dans des endroits isolés, éloignés et qu'il n'y a pas de service, on va faire quoi ? On ne saisira pas son arme parce qu'on n'est pas capable de vérifier. Il faudra prendre les informations et le vérifier en revenant au bureau la même journée ou le surlendemain, on n'a pas de détails honnêtement. On va le savoir d'après moi plus au courant de l'hiver qui s'en vient », explique-t-il.

Les agents peuvent remettre un avis de 14 jours au propriétaire l'obligeant à se conformer à la Loi sur l'immatriculation des armes à feu.

Ils pourront également donner des constats d'infraction.

De notre côté, le syndicat, c'est certain qu'il faut s'asseoir avec les autorités du ministère, soit Sécurité publique ou Forêts, de la Faune et des Parcs pour discuter de tout ça, propose le président du Syndicat des agents de protection de la faune du Québec.

On n'a pas assez de détails, on n'a pas assez de discussion selon moi depuis l'officialisation de ce mandat-là. La seule chose c'est qu'un courriel est rentré vendredi, un courriel assez basic pour dire aux agents "n'oubliez pas" qu'à partir du premier dimanche, vous pouvez le faire appliquer", ajoute Martin Perreault.

Martin Perreault craint que ce rôle cause certains conflits entre les agents et les chasseurs.

Le registre ne fait pas l'unanimité, nous on a une bonne relation avec les chasseurs, on va vérifier les chasseurs dans le bois, on va discuter avec eux, on va faire de la sensibilisation, la protection de la faune et de ses habitats et non la protection de sécurité publique si on veut. On ne s'en pas là pour écoeurer les chasseurs, indique-t-il.

Il espère qu'une campagne de sensibilisation sera menée auprès des chasseurs pour leur faire comprendre le nouveau mandat des agents de la faune.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale