•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De moins en moins d'inspecteurs sur le terrain en Abitibi-Témiscamingue, déplore le SFPQ

Un travailleur regarde une pelleteuse sur un chantier de construction en hiver

Construction de condos en hiver

Photo : Radio-Canada / Régis Desrosiers

Boualem Hadjouti

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) déplore la diminution des ressources en inspection sur le terrain constatées ces dernières années.

Depuis 2014, le nombre d'inspecteurs a diminué de 5 % à l'échelle de la province et de 35 % en Abitibi-Témiscamingue, estime le SFPQ.

Des inspecteurs qui œuvrent notamment à la Régie du bâtiment, au ministère de l'Environnement (MELCC) ou encore au ministère de l'Agriculture (MAPAQ).

Selon la présidente régionale du SFPQ, Nathalie Garvin, les inspecteurs se concentrent sur le suivi des plaintes au lieu de travailler sur la  prévention.

Elle réclame l’ajout de personnel pour réaliser les inspections en Abitibi-Témiscamingue.

Ce qu'on demande, c'est que le gouvernement investisse les sommes nécessaires pour être capable de recruter et de maintenir le personnel en place, dit-elle. On demande que les ministères, les gestionnaires, laissent les inspecteurs qu'on a encore en poste faire leur travail de façon consciencieuse, qu'on ne fonctionne pas seulement sur plainte.

Le syndicat tiendra d'ailleurs une rencontre avec la presse à ce sujet lundi à Rouyn-Noranda.

Quelques statistiques en Abitibi-Témiscamingue du SFPQ

  • Entre janvier 2014 et novembre 2019, les effectifs en inspection ont diminué de 35 %; de 25% au MAPAQ et de 31 % au MELCC, alors qu’il y a eu disparition des postes en inspection à la CNESST et à la RBQ.
  • Entre 2014 et 2018, le nombre annuel de visites d’inspection dans la région par la RBQ a diminué de 54 %, tandis que le nombre annuel de chantiers de construction qui ont reçu au moins une visite d’inspection par la RBQ a diminué de 82 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale