•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organismes communautaires d'Arntfield n'ont plus accès à leur salle communautaire

Un immeuble en hiver

L'immeuble municipal au quartier Arntfield de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Boualem Hadjouti

Depuis quelques semaines, des organismes communautaires d'Arntfield ont gelé leurs activités.

La Ville de Rouyn-Noranda leur interdit l'accès au bâtiment municipal qui abritait les salles où ils se rencontraient.

L'interdiction a été prise à la suite d'un incendie qui a touché le bâtiment le 19 septembre, alors que des travaux de rénovation devaient être entrepris.

Le Club de l'amitié d'Arntfield a d'ailleurs annulé toutes ses activités, notamment pour le temps des fêtes.

Le président Serge Villeneuve regrette l'absence d'informations de la Ville de Rouyn-Noranda.

C'est sûr et certain que si on n'a plus de locaux, le club est en péril, dit-il. Dans la communauté [la fermeture du bâtiment] n'est vraiment pas bien vue parce qu'on n'est pas les seuls à avoir une salle dans ce bâtiment. Il y a aussi la bibliothèque, le comité d'entraide aussi, le comité des loisirs qui n'a plus accès au bâtiment, le comité des funérailles aussi.

Autrement dit, c'était le cœur du quartier et présentement le cœur est sur un respirateur artificiel.

Serge Villeneuve
Le président du Comité des loisirs d'Arntfield Dany Goulet

Le président du Comité des loisirs d'Arntfield Dany Goulet déplore la fermeture de la salle communautaire de son quartier.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Pour certains organismes, la situation dure depuis longtemps.

C'est le cas du Comité des loisirs qui, il y a près d'un an, s'est vu interdire l'accès au sous-sol du bâtiment pour non-conformité aux règles de sécurité.

Le président Dany Goulet se sent démotivé.

La motivation est très basse pour le Comité de loisirs. Je ne sais pas jusqu'où on va rester dans ces conditions-là. On ne voit pas vraiment de salle pour nous dans un avenir rapproché, dit-il. Notre intérêt au comité est très limité à ce moment-ci. On pense à soit fermer le comité ou passer la main à quelqu'un d'autre qui veut s’en occuper.

La Ville n'a pas répondu à notre demande d'entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale