•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loi sur l’immatriculation des armes : les agents en ont trop dans leur assiette

Le logo des agents du MAPAQ sur la manche d'un manteau.

Les agents de la protection de la faune relèvent du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Radio-Canada

Depuis le 1er décembre, les agents de protection de la faune ont comme mandat de faire appliquer la Loi sur l'immatriculation des armes à feu. Il s’agit d’une tâche de trop pour des agents déjà débordés, selon la Fédération des chasseurs et pêcheurs de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

En plus de leurs activités habituelles de surveillance et d'enquête, les agents de la faune peuvent maintenant vérifier l'immatriculation des armes à feu. Le propriétaire doit alors fournir une preuve dans les 14 jours de l'avis.

Le président de la Fédération des chasseurs et pêcheurs de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, Alain Poitras, croit qu’avec cette nouvelle tâche, les agents de la faune auront moins de temps pour surveiller les infractions aux réglementations de chasse et de pêche.

Alain Poitras.

Alain Poitras, président de la Fédération québécoise de chasseurs et pêcheurs pour la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

On a déjà de la misère à avoir assez de gardes-chasses en forêt pour surveiller tout ce qui se passe, comme le braconnage, dit-il. Et ils leur rajoutent cette grosse tâche-là.

Les associations de chasseurs du Québec s'étaient d’ailleurs vertement opposées à l’enregistrement obligatoire des armes à feu au Québec, qui est en vigueur depuis le 29 janvier 2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Armes à feu