•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Menacé par l’érosion côtière, un bâtiment patrimonial est déplacé à Forillon

On voit le bâtiment très près de la falaise, seulement protégé par quelques arbres.

L'abri du canon en 2016 (à droite), avant sa relocalisation

Photo : collaboration parc Forillon

Brigitte Dubé

L’équipe du parc national Forillon a dû déplacer l’abri du canon de la station de phare de Cap-Gaspé, un bâtiment patrimonial datant de 1883, pour le protéger de l’érosion. Il ne se trouvait plus qu’à 2,8 m du bord de la falaise.

Le phénomène de l’érosion côtière progresse constamment dans le parc national Forillon. Selon la direction, le taux moyen de recul de la côte est de près de 20 cm par année alors qu’il était d’environ 2 cm en 1990.

C’est le seul vestige bâti de l’époque du premier phare, explique la conseillère en gestion des ressources culturelles, Émilie Devoe. Il servait à abriter le canon à brume, soit le signal sonore qui accompagnait le signal lumineux dans les moments où la visibilité était réduite.

Selon l’écologiste et chef d’équipe Daniel Sigouin, il était urgent d’agir. Le bâtiment se trouvait sur un surplomb, c’est-à-dire qu’il y avait un vide sous la falaise.

On voit le bâtiment et la clôture qui empêche de faire le tour.

Le bâtiment avait été clôturé pour assurer la sécurité des visiteurs et des employés.

Photo : collaboration parc Forillon

Émilie Devoe précise que le bâtiment a été déplacé d’une douzaine de mètres. Il fallait que ça s’intègre avec les autres éléments, dit-elle, qu’il reste près du phare et qu’il témoigne de son usage d’origine. Il a aussi fallu tenir compte des ressources archéologiques qui se trouvent sous le sol.

Les visiteurs pourront de nouveau faire le tour de l’abri. Depuis plusieurs années, il était devenu impossible de le faire parce qu’il était clôturé.

On voit le bâtiment et le phare.

Le nouvel emplacement de l'abri à canon, avec un toit neuf et une base de béton pour éviter la pourriture au contact de la végétation

Photo : collaboration parc Forillon

Des instruments pour mesurer la progression de l’érosion

Daniel Sigouin mentionne également que l’érosion menace aussi un secteur situé tout près, appelé Le bout du monde. À ce niveau, ce ne sont pas les vagues qui menacent, mais l’augmentation des cycles de gel et de dégel qui viennent fissurer la roche et éventuellement la faire tomber, précise-t-il. Ce sont des endroits fragiles où on surveille avec attention la progression de l’érosion.

Daniel Sigouin mentionne aussi qu’il y a des secteurs plus sensibles comme celui de Petit-Gaspé, où la route passe près de la plage. Les cimetières et certains sites archéologiques sont aussi à surveiller.

Travaux de désenrochement à Cap-des-Rosiers.

Travaux de désenrochement à Cap-des-Rosiers.

Photo : courtoisie parc Forillon

Nous avons installé des instruments un peu partout pour évaluer le recul de la côte, indique-t-il.

Parcs Canada a d'ailleurs effectué des travaux dans les secteurs de Penouille et de Cap-des-Rosiers ces dernières années.

Parmi les projets envisagés au parc Forillon : celui de ramener le canon sur place. Il avait été déplacé parce qu’il était aussi menacé par l’érosion.

Devant les fortes tempêtes causées par les changements climatiques et l'absence de glace qui rend les berges vulnérables, Parcs canada doit reconstruire les infrastructures endommagées et protéger le littoral.

Devant les fortes tempêtes causées par les changements climatiques et l'absence de glace qui rend les berges vulnérables, Parcs canada a dû reconstruire les infrastructures endommagées et protéger le littoral.

Photo : Radio-Canada

La station de phare de Cap-Gaspé est accessible par le sentier Les Graves. On peut y admirer la vue sur la baie de Gaspé et apercevoir le rocher Percé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Changements climatiques