•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bar rayé du Saint-Laurent est éteint

Un bar rayé du fleuve Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

David Rémillard

Le bar rayé du Saint-Laurent n'existe plus, conclut le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Les bars rayés qui vivent actuellement dans le fleuve et qui se reproduisent dans la baie de Beauport appartiennent à une population différente, dont le statut reste à déterminer. Considérée comme artificielle, elle pourrait ne jamais recevoir la protection de la Loi sur les espèces en péril.

Désigné en voie de disparition en 2012 par le COSEPAC et protégé par la Loi sur les espèces en péril (LEP) depuis 2011, le bar rayé du Saint-Laurent a fait l'objet d'une révision de son statut la semaine dernière.

La population est maintenant considérée comme éteinte par le comité d'experts, et ce, même si des bars rayés vivent présentement dans son aire de répartition.

Le COSEPAC veut ainsi dissocier la population d'origine de bars rayés du Saint-Laurent, disparue dans les années 60, et les bars rayés qui ont été réintroduits dès 2002 dans le cadre d'un programme piloté par le ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

Pas indigène

D'un point de vue scientifique, le COSEPAC estime que les poissons réintroduits, puisqu'ils proviennent de la rivière Miramichi, au Nouveau-Brunswick, ne peuvent être considérés comme faisant partie de la population du Saint-Laurent à proprement parler.

Nos directives pour les populations manipulées indiquent maintenant clairement que les poissons de différentes populations ne doivent pas être comptés dans la population qu'ils remplacent, explique John Reynolds, président du COSEPAC.

Ces directives n'ont pas été appliquées lors des précédentes évaluations de la population, en 2004 et en 2012. C'est une situation qui est très inhabituelle, et nos façons de penser ont dû évoluer, affirme M. Reynolds.

Une bonne nouvelle pour le troisième lien?

Ce revirement pourrait avoir des impacts majeurs sur de grands projets comme l'agrandissement du port de Québec, la construction d'un éventuel troisième lien et le remplacement du pont de l'Île-d'Orléans. Il pourrait aussi signifier le retour prochain de la pêche sportive là où elle est présentement interdite.

Encore récemment, le bar rayé était vu comme un obstacle potentiel, la baie de Beauport ayant été caractérisée d'habitat essentiel pour sa reproduction. Or, cet habitat essentiel a été établi pour le bar rayé du Saint-Laurent, maintenant éteint.

Comme l'avis du COSEPAC n'a pas force de loi, il revient au ministère fédéral de l'Environnement et du Changement climatique d'ajouter ou de retirer une espèce de la LEP. Le Ministère doit prendre en compte cet avis et ensuite procéder à sa propre réévaluation, un processus qui peut prendre des mois, voire des années.

Pour l'instant, il n'y a donc aucun changement sur les restrictions de pêche et l'ensemble des dispositions de la LEP appliquées dans le fleuve à l'ouest de Rivière-du-Loup.

Selon John R. Post, biologiste et membre du sous-comité des poissons d'eau douce pour le COSEPAC, une population artificielle risque cependant de ne pas répondre à la définition d'espèce sauvage prévue par la LEP.

En bref...

Le COSEPAC détermine le statut national des espèces sauvages et des sous-espèces du Canada que l'on présume en danger de disparition du pays ou de la planète. Dans les dispositions de la Loi sur les espèces en péril, le gouvernement du Canada doit tenir compte des désignations du COSEPAC pour dresser la liste officielle des espèces sauvages en danger.

Confusion

Les bars rayés réintroduits sont de plus en plus nombreux et se reproduisent naturellement, notamment dans la baie de Beauport. Certains spécimens ont été capturés jusqu'à Montréal.

Ces spécimens ont été attribués à la population du Saint-Laurent. Il semblait acquis que le statut de la population allait s'améliorer, et non régresser.

Le MFFP et la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs avaient d'ailleurs demandé, au cours de la dernière année, une réévaluation anticipée du statut de la population, se basant justement sur l'abondance et la reproduction soutenue du poisson. Le COSEPAC a accepté de le réévaluer cette année, soit trois ans plus tôt que prévu.

Sous cet angle, la décision peut porter à confusion, admet John Reynolds. Mais il était selon lui nécessaire de clarifier la situation après pratiquement 15 années à l'évaluer comme s'il s'agissait de la population d'origine.

Un bar rayé fraîchement pêché.

De plus en plus de bars rayés ont été capturés ces dernières années entre Rivière-du-Loup et Montréal.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Maintenant que notre comité a clarifié la situation du bar rayé d'origine du Saint-Laurent, nous pouvons aller de l'avant avec une réévaluation complète de toutes les populations de bars rayés au Canada, poursuit M. Reynolds.

Cet exercice n'aura cependant lieu qu'en 2022. Nous sentions qu'il était nécessaire d'adopter une approche en deux temps pour s'assurer d'abord de bien jauger l'opinion des experts sur la question [du statut à donner] au bar rayé du Saint-Laurent.

Mauvais classement

Le cas du bar rayé du Saint-Laurent aurait pu être réglé il y a fort longtemps.

Lors de l'évaluation du statut en 2004, le rapport du COSEPAC stipulait qu'aucun spécimen n'avait été observé depuis 1968, explique John Reynolds. Les membres du comité ont malgré tout attribué le statut disparu du pays, ce qui laissait croire que des spécimens de cette population pouvaient se trouver ailleurs qu'au Canada.

Cependant, ce statut était une erreur, confirme M. Reynolds, puisque le bar rayé du Saint-Laurent n'a jamais franchi les frontières canadiennes. Le statut d'espèce éteinte aurait été plus approprié dès le départ. Avec le recul, c’est ce que nous aurions dû désigner depuis toujours.

En 2012, le COSEPAC a réaffirmé qu'aucun spécimen de la population d'origine n'avait été détecté depuis 1968 et que les poissons observés provenaient du programme de réintroduction. On a tout de même, une nouvelle fois, changé le statut pour en voie de disparition.

Le COSEPAC a depuis modifié ses façons de faire. Il s'engage maintenant à appliquer la même méthode à toutes les populations uniques d'une même espèce en distinguant les populations indigènes de celles qui ont été réintroduites par l'humain.

En quelques dates...

2002 : Début de la réintroduction du bar rayé avec des spécimens de la population du golfe (rivière Miramichi).

2004 : Le COSEPAC attribue le statut « disparu au pays » au bar rayé du Saint-Laurent.

2011 : Le bar rayé est ajouté à la liste des espèces en péril, selon la Loi sur les espèces en péril.

2012 : Le COSEPAC attribue le classement « en voie de disparition » au bar rayé du Saint-Laurent.

2014 : La baie de Beauport est identifiée comme une frayère potentielle.

2019 : Le COSEPAC déclare le bar rayé du Saint-Laurent éteint.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Faune et flore