•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une autobiographie pour raconter sa vie avec le syndrome d’Asperger

Il a lancé une campagne de sociofinancement pour défrayer les coûts de publication de son autobiographie.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Marco Arseno a été diagnostiqué avec le syndrome d’Asperger, une forme d’autisme, lorsqu’il était plus jeune. Un diagnostic médical qui aura certes influencé son existence, mais pas sa persévérance et sa résilience face aux défis de la vie.

Le jeune homme originaire de Bathurst se donne de grands défis. Il a lancé une campagne de sociofinancement pour défrayer les coûts de publication de son autobiographie.

À travers ses nombreux projets ressort le même désir : celui de démystifier l’autisme auprès des gens de sa communauté.

« Ce livre, c’est mon témoignage », indique Marco Arseno. « Ce qui a fait en sorte que j’ai ressenti le besoin d’écrire, c’est le besoin de me comprendre moi-même. »

C’est lors d’un épisode psychotique qui s’est déroulé en 2012 que M. Arseno s’est sérieusement mis à l’écriture. Il tentait alors de trouver des moyens de surmonter les défis et d’apprendre à se connaître en même temps.

Marco Arseno.

Marco Arseno, originaire de Dunlop près de Bathurst, mène présentement une campagne de socio-financement visant à publier son autobiographie.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Diagnostiqué à 16 ans du syndrome d’Asperger, le jeune homme avait parfois de la difficulté à comprendre les réactions des autres face à lui.

« J'étais constamment en mode d'analyse puis je faisais beaucoup d'anxiété. Je ne comprenais pas parfois certaines langues, codes sociaux, des repères dans ce qu'il se passait dans l'interaction », raconte-t-il.

Très jeune, Marco Arseno trouve du réconfort dans le monde du cinéma. À tel point que ses parents décident de lui acheter sa toute première caméra… Il n’était âgé que de 12 ans à l’époque.

Marco et son père lorsqu'ils étaient plus jeunes.

Très jeune, Marco Arseno trouve du réconfort dans le monde du cinéma.

Photo : Gracieuseté / Marco Arseno

Ce geste a été pour lui un moment tournant dans sa vie.

« Mes parents ont eu l'intelligence de m'offrir ma première caméra vidéo. Et avec cette caméra durant 15 ans, j'ai filmé la totalité de ma vie », se réjouit le jeune homme.

Il s’est découvert une réelle passion, analysant les films hollywoodiens pour ensuite reproduire les expressions faciales de ses acteurs favoris, comme Jim Carrey.

Je voyais la vie comme un film.

Marco Arseno
Marco lorsqu'il était plus jeune, avec une caméra dans les mains.

Il s’est découvert une réelle passion, analysant les films hollywoodiens pour ensuite reproduire les expressions faciales de ses acteurs favoris, comme Jim Carrey.

Photo : Gracieuseté

Avec toutes les images qu’il a capturées au cours de sa vie, Marco Arseno veut aussi monter une série web, dont les premiers extraits peuvent déjà être visionnés en ligne.

« Étant donné que j'ai tellement d'archives de ma vie, c'est à partir de ces archives-là que je raconte un peu ce qui est dans le livre également, mais je veux dire, d'une façon plus démonstrative », explique-t-il.

Le jeune homme de Bathurst vit maintenant à Montréal et il se sent de moins en moins confus face au casse-tête de sa vie.

« À force de rassembler des pièces, on vient à voir plus clair puis avec 31 ans, l'âge, l'expérience de vie et tout ça, je rassemble de plus en plus de pièces », s’exclame M. Arseno.

La campagne de sociofinancement vise à amasser un total de 10 000 dollars et se déroule jusqu’au 14 décembre. 

Avec des renseignements de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Livres