•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs albertains en demandent plus à Ottawa

Des militants conservateurs, assis de dos, lors de la séance de discussion consacrée à la place de l'Alberta dans la Fédération.

Les militants conservateurs ont approuvé sans ambiguïté les demandes envoyées à Ottawa par le gouvernement Kenney.

Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

Laurent Pirot

Les militants du Parti conservateur uni albertain soutiennent l’offensive de Jason Kenney pour renégocier la place de l’Alberta au sein de la Fédération.

Lors de leur assemblée générale, ils ont ajouté à la liste des demandes l’organisation d’un référendum provincial pour affirmer le droit de la province d’exporter son pétrole.

La motion adoptée demande l’organisation d’un référendum provincial sur une modification de la constitution canadienne. Il s’agirait de clarifier le droit des provinces d’exporter leurs ressources naturelles, en premier lieu le pétrole albertain.

Nous envoyons un message clair, a salué le député de Calgary-Fish Creek, Richard Gotfried. Nous allons soutenir notre secteur du pétrole et du gaz.

Deux référendums en vue

Le premier ministre albertain menace déjà d’organiser un référendum similaire sur une autre question constitutionnelle : la suppression de la péréquation.

Les deux consultations pourraient avoir lieu en même temps que les élections municipales prévues en octobre 2021, pense Jack Redekop, le militant qui a défendu la proposition devant l’assemblée des militants. Il a reçu un soutien sans équivoque.

Ça donne au chef une direction claire à suivre pour le futur, a-t-il commenté.

Aux yeux de Jack Redekop, ce vote interne est aussi un message adressé au reste du Canada. J’espère que ça va faire en sorte que les gens soient mieux informés de ce qui se passe. La situation est désespérée. On parle de 170 000 emplois perdus!

Beaucoup de militants expliquent comme lui qu’ils ne soutiennent pas l’indépendance de la province, mais qu’ils veulent un rééquilibrage des relations avec le reste du pays. Aidez-nous parce que nous avons aidé le pays et, maintenant, nous avons besoin d’aide, plaide ainsi Adèle Poratto.

Nous ne voulons pas quitter ce pays, mais nous voulons être entendus.

Adebayo Adejuwon, militant du Parti conservateur uni

Les propositions concrètes ne manquent pas. Une motion intégrée samedi à la plateforme du Parti conservateur uni réclame par exemple une réforme du Sénat.

Les militants ont aussi fait savoir qu’ils soutenaient les propositions de Jason Kenney, qui envisage notamment de rapatrier en Alberta la gestion des impôts, des pensions ou encore la création d’une police provinciale. Une série de consultations publiques commencera mardi à Edmonton et devrait se poursuivre en janvier.

La péréquation devrait être revue. Elle devrait être plus réactive quand une région souffre, ajoute Daryl Chomay. Jason Kenney a demandé à Ottawa un chèque de 1,7 milliard de dollars pour compenser rétroactivement la perte de revenus provinciaux qui a suivi l’effondrement des prix du pétrole en 2014.

John Vanderdeen, chapeau de cow-boy sur la tête, aimerait que l’Alberta perçoive tous les impôts et qu’on envoie à Ottawa ce qu’ils méritent.

Manifestation contre le budget

À l’extérieur de l’hôtel où les conservateurs étaient rassemblés, plusieurs centaines de manifestants ont tenté de se faire entendre sur un autre sujet. Ils étaient là pour protester contre les coupes budgétaires du gouvernement et leur effet sur les services publics en Alberta.

Un petit groupe s'est introduit à l'intérieur pour chanter des slogans pendant que les conservateurs étaient rassemblés dans le hall de l'hôtel. Ils ont quitté les lieux sans incident au bout de quelques minutes, escortés par la sécurité.

La veille, les syndicats de fonctionnaires avaient été informés de la suppression prochaine de près de 6000 postes. Le gouvernement espère que la plupart de ces suppressions se feront grâce à des départs volontaires, mais reconnaît qu’il y aura des licenciements.

Les coupes de postes dans les services publics impliquent des coupes de service, a déploré Mariana Raffo, qui participait à la manifestation. Elle explique qu’un poste vacant dans son service de l’Université de Calgary ne sera pas remplacé, ce qui, selon elle, réduira les services qu'elle-même est capable d'assurer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale