•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une invitation à retrouver ses origines grâce aux archives

Un homme écrit le nom d'un ancêtre dans son arbre généalogique.

L'organisme Bibliothèques et Archives nationales du Québec conserve une panoplie de registres antérieurs à 1919.

Photo : Radio-Canada

Flavie Villeneuve

Certains curieux ont profité de la journée portes ouvertes tenue dans les installations de Bibliothèques et Archives nationales du Québec, à Saguenay, samedi, pour partir à la recherche de leurs ancêtres et pour commencer à élaborer leur arbre généalogique.

Michel Tremblay s'est lancé dans un travail minutieux et de longue haleine pour découvrir ses origines. Il a plongé dans son passé pour y découvrir les noms devant apparaître dans son arbre généalogique.

J'ai déjà remonté de quatre générations. Je sais que je viens d’Europe, mais j’aimerais savoir d’où exactement, a-t-il raconté.

De son côté, l'épouse de M. Tremblay, Hélène Perron, en sait déjà beaucoup sur son histoire. Cette dernière a réussi à retrouver ses ancêtres jusqu'au 17e siècle sur le Vieux Continent.

Elle a même rencontré certains de ses petits cousins lorsqu’elle a voyagé à La Rochelle, en France.

J'ai ma généalogie au complet depuis mon ancêtre Daniel Peron, qui mettait seulement un ''r'' à ''Peron''.

Hélène Perron

De grandes familles saguenéennes

Les Bouchard, Fortin, Simard et Tremblay sont répandus au Saguenay-Lac-Saint-Jean et ils ont évidemment tous leur histoire. Cependant, il y a parfois des recoupements...

Il y en a certains qui sont de la même famille comme les Gauthier et les Larouche ou encore les Hudon et les Beaulieu, a raconté Myriam Gilbert, archiviste et coordonnatrice pour Bibliothèques et Archives nationales du Québec, à Saguenay.

La généalogie a beaucoup évolué et de nombreux renseignements sont désormais numérisés, a-t-elle ajouté.

À son avis, les passionnés de généalogie ne veulent pas se contenter seulement de trouver des informations. Ils souhaitent surtout les utiliser pour connaître le vécu de leurs ancêtres.

Ils peuvent ainsi mettre de la chair autour de l'os avec des actes notariés si les personnes ont vendu ou acheté des choses, a-t-elle expliqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Histoire