•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « ménage » de Québec inquiète le réseau des garderies privées subventionnées

Le reportage de Michel Marsolais

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Face au « ménage » dans le réseau des garderies annoncé par le gouvernement Legault, des parents et des responsables de garderies non subventionnées du Québec ont exprimé, samedi, leurs inquiétudes au ministre de la Famille.

Prenant la parole lors de l'assemblée générale annuelle de l'Association des garderies non subventionnées en installation (AGNSI), le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a confirmé qu’il travaillait avec un regroupement de garderies non subventionnées dans le but d'en convertir certaines en établissements subventionnés.

Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

Photo : Radio-Canada

Faire de la conversion, c'est une bonne stratégie. C'est meilleur pour les enfants, pour les parents, pour les éducatrices, pour les entrepreneurs. Tout le monde est gagnant, a indiqué M. Lacombe sans toutefois donner plus de détails sur l'ampleur du projet-pilote ou les modalités de sélection des garderies concernées.

Le nombre de places sera suffisant pour que le projet-pilote soit significatif.

Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

Des détails seront présentés dans la prochaine année, a-t-il ajouté.

Le ministre n’a pas convaincu les propriétaires de garderies, les éducatrices et les parents qui se disent laissés-pour-compte.

Suzanne Gagnon

Suzanne Gagnon, directrice générale, Association des garderies non subventionnées en installation du Québec

Photo : Radio-Canada

On n’a encore aucune donnée. On ne sait pas comment ça va se faire, combien de temps ça va prendre et ça, ça nous inquiète.

Suzanne Gagnon, directrice générale de l'AGNSI

Les parents faisant affaire avec des garderies subventionnées paient dorénavant le tarif quotidien de 8,25 $, sans avoir à verser la contribution additionnelle imposée en fonction du revenu familial qui avait été imposée par le gouvernement de Philippe Couillard il y a quatre ans.

Toutefois, le gouvernement actuel n'a annoncé pour l'instant aucun allègement financier supplémentaire pour les parents dont les enfants fréquentent les services de garde privés non subventionnés.

Ces parents assument des coûts plus élevés – jusqu'à 60 $ par jour –, mais bénéficient de crédit d'impôt qui totalisent plus de 800 millions de dollars par an.

Toutefois, ces crédits ne permettent pas de combler l'écart qui existe entre les deux systèmes. Le gouvernement doit absolument augmenter les remboursements anticipés des parents qui n'ont pas bougé depuis 10 ans, insiste Mme Gagnon.

Selon l'AGNSI, le Québec compte 1365 garderies non subventionnées, fréquentées par près de 70 000 enfants.

Avec les informations de Michel Marsolais et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique