•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vapotage chez les jeunes : une ado de la Nouvelle-Écosse se confie

Une personne tient une cigarette électronique dans ses mains.

Les cigarettes électroniques sont de plus en plus faciles à dissimuler.

Photo : Associated Press / Julio Cortez

Radio-Canada

Une adolescente de la Nouvelle-Écosse tombée malade à cause de ses habitudes de vapotage supplie les jeunes d’être prudents et mieux informés au sujet de la cigarette électronique.

Comme beaucoup de ses collègues de classe, Erin Dexter allait parfois se cacher dans les toilettes de son école pour vapoter quelques coups sur sa cigarette électronique.

Mais tout ça a changé le jour où elle s’est effondrée et qu’elle s’est retrouvée à l’hôpital, en novembre.

« C’était terrifiant. Probablement le pire moment de ma vie », a-t-elle confié au docteur Brian Goldman.

Laura et sa fille Erin.

Laura Dexter et sa fille Erin ont eu très peur.

Photo :  CBC

La jeune fille de 16 ans se trouvait chez son père à Elmsdale, en Nouvelle-Écosse, le jour de l’incident. Elle se souvient d’avoir vapoté quelques coups sur sa cigarette électronique, peu après le petit-déjeuner.

Elle a commencé à se sentir étourdie. Puis, quelques minutes plus tard, elle raconte s’être réveillée par terre avec une lèvre qui saignait, une dent ébréchée et un nez cassé.

Il y avait du sang partout.

Laura Dexter, mère de la jeune fille
Erin se regarde dans le miroir.

Elle raconte s’être réveillée par terre avec une lèvre qui saignait, une dent ébréchée et un nez cassé.

Photo :  CBC

« Elle pleurait, on pleurait tous. Son père était dans un état hystérique. Il n’arrêtait pas de me dire qu’il pensait que notre fille [mourait] », raconte sa mère, qui considère Erin comme une jeune athlète en santé.

Mis à part les quelques points de suture, Erin Dexter s’en est sortie indemne.

Depuis ce jour, l’adolescente s’est promis de ne plus toucher à la cigarette électronique et implore ses amis d’en faire autant.

Jusqu’à présent, Santé Canada a documenté 11 cas confirmés ou probables de maladies pulmonaires liées au vapotage. Toutefois, l’organisme ne tient pas compte des incidents moins graves, tels que les pertes de connaissance ou les crises convulsives.

Une main qui pointe une image des poumons sur un écran d'ordinateur.

De plus en plus de cas de maladies pulmonaires sont étudiées au Canada.

Photo : CBC

Pourtant, selon le toxicologue Martin Laliberté, ces incidents sont souvent un effet secondaire courant d’une absorption d’une grande quantité de nicotine.

Des experts trouvent que le gouvernement n’est pas assez actif dans son combat contre la popularité montante du vapotage chez les adolescents, qui sont particulièrement exposés aux maladies et à la dépendance à la nicotine.

Mais il est difficile pour les spécialistes de déterminer combien d’adolescents et d’adultes ont subi des pertes de conscience ou des convulsions similaires suite au vapotage.

L’urgentologue et toxicologue Martin Laliberté croit qu’Erin Dexter aurait pu souffrir d’une crise convulsive, ou d’un évanouissement causé par une chute brutale de sa pression artérielle.

Il ajoute que ces deux résultats sont des effets secondaires bien documentés de l'absorption rapide de nicotine.

« C’est préoccupant, car nous parlons d’une activité de loisir pratiquée par des adolescents », dit-il.

Erin Dexter et sa famille espèrent convaincre les jeunes d’être beaucoup plus prudents sur leurs pratiques de vapotage. 

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Consommation