•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Scheer promet d’écouter ses militants

Plan large d'Andrew Scheer au micro lors de l'assemblée générale du Parti conservateur uni de l'Alberta.

Le chef conservateur Andrew Scheer agite la menace d'une défaite aux prochaines élections fédérales en cas de division à droite.

Photo : La Presse canadienne / Dave Chidley

Laurent Pirot

Le chef conservateur fédéral Andrew Scheer poursuit son opération séduction. Il a promis aux militants conservateurs albertains d’être à l’écoute, tout en mettant en garde contre la division au sein du parti.

Le chef conservateur, qui est contesté de l’intérieur, a choisi l’Alberta pour sa première rencontre avec des militants. Il a prononcé un discours vendredi en ouverture de l’assemblée générale du Parti conservateur uni qui dirige la province.

En Alberta, les candidats conservateurs ont emporté 65 % des voix et se sont imposés dans toutes les circonscriptions sauf une lors des élections fédérales du mois d’octobre.

Il a promis aux militants d’écouter les critiques et d’apprendre ce qu’il faut changer pour gagner la prochaine fois.

J’ai très envie d’entendre ce qu’ont à dire les conservateurs comme vous, qui ont travaillé si fort.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

Cette promesse s’est aussi accompagnée d’une mise en garde contre la division qui pourrait, selon Andrew Scheer, coûter cher aux conservateurs. Nous nous sommes privés nous-mêmes de la victoire dans le passé, a-t-il rappelé.

Nous devons nous serrer les coudes pour trouver un terrain d’entente, a-t-il plaidé.

Andrew Scheer souhaite que son sort soit décidé comme prévu par les militants en avril, mais pas avant. Ça va être un congrès où les conservateurs de tous les bords vont se rassembler, a-t-il indiqué.

Applaudissements polis

Les militants albertains lui ont offert des applaudissements polis. Dans les couloirs, beaucoup semblaient tentés de lui donner sa chance.

Comme beaucoup de militants, Helen Stephenson ne déborde pas d’enthousiasme quand on lui parle du chef conservateur. Mais je ne serais pas vraiment pressée de lui montrer la sortie, ajoute-t-elle. Un peu plus loin, deux autres militants approuvent, jugeant que le sort d'Andrew Scheer devrait se jouer comme prévu au congrès d’avril.

Joshua Gogo, militant de Fort McMurray, veut donner une chance à Andrew Scheer de profiter de la position délicate dans laquelle se trouve le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau, obligé de négocier avec les autres caucus. Est-ce que je serai satisfait ou non du leadership d’Andrew Scheer? Ça dépendra s’il réussit à tirer profit de cette situation, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique fédérale