•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La volte-face de Québec à propos des étudiants étrangers bien accueillie dans la région

Des étudiants circulent devant l'un des pavillons de  l'Université du Québec à Chicoutimi.

Le quart de la clientèle de l'Université du Québec à Chicoutimi se compose déjà d'étudiants provenant de l'extérieur de la province.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La plus récente sortie de la ministre provinciale des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, a eu un écho favorable à l’Université du Québec à Chicoutimi.

Le vice-recteur aux partenariats et au secrétariat général de l'UQAC, Alexandre Cloutier, s’est réjoui de constater que la ministre semblait voir la population estudiantine étrangère comme un bassin exceptionnel de main-d’oeuvre potentielle pouvant répondre aux préoccupations du marché de l’emploi.

Mme Girault a tenu, vendredi, des propos qui détonnaient par rapport à certaines des positions prises récemment par son collègue de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Simon Jolin-Barrette.

Alors qu'elle présentait la nouvelle politique internationale de la province, elle a avancé que les étudiants étrangers représentaient des candidats de choix à l’immigration.

Du même souffle, elle a ajouté qu’ils étaient particulièrement bien placés pour poursuivre leur vie ici.

Selon Alexandre Cloutier, la sortie de la ministre représente en soi une bonne nouvelle pour son établissement.

Son message, c’est qu'il est possible de faire mieux et d'accueillir davantage d’étudiants étrangers, a-t-il résumé.

Il a rappelé que l’Université du Québec à Chicoutimi faisait déjà sa part en la matière et que l’établissement poursuivrait assurément dans cette veine.

Pour l'instant, un étudiant sur quatre provient de l’extérieur de la province , a-t-il indiqué.

À l'heure actuelle, l’UQAC accueille environ 1500 jeunes étrangers.

Alexandre Cloutier a souligné qu’il s’agit d’un sommet. Il prédit que ce record sera fracassé dès l’an prochain.

Des précisions requises

D’ici là, M. Cloutier aimerait bien avoir obtenu des éclaircissements supplémentaires de la part du gouvernement provincial afin de savoir comment il entend faciliter la transition des étudiants internationaux vers le marché du travail.

S’il veut réaliser son rêve, Arthur Kazad aura lui aussi besoin de ces renseignements additionnels.

Le Congolais d’origine étudie la conception de jeux vidéo à l’UQAC depuis le début de l'année scolaire.

Au terme de son cursus, il souhaiterait pouvoir s’installer dans la province.

C’est plaisant de vivre au Québec. Ça me plairait de rester, a-t-il affirmé, enthousiaste.

Il a mentionné que l’entreprise Ubisoft est désormais bien implantée ici et que [s]on plus grand rêve serait d’y travailler.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean.