•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'état des logements aux T.N.-O. se détériore, selon un sondage territorial

Une maison à vendre à Fort Simpson en hiver.

À Fort Simpson, le nombre de ménages dépourvus de commodités de base a triplé en trois ans.

Photo : Radio-Canada / John Last

Radio-Canada

Dans les Territoires du Nord-Ouest, 42 % de toutes les maisons ont au moins un problème majeur, selon le sondage sur le logement effectué par le territoire en 2019. Il s'agit d'une hausse de 20 % par rapport aux données du recensement fédéral de 2016.

Radio-Canada a comparé les résultats du sondage de 2019 avec les chiffres du recensement fédéral et a constaté une hausse considérable du nombre de maisons qui ont au moins un problème important.

Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement, cela signifie un problème trop coûteux pour que les occupants le règlent ou une situation d'habitation qui n'est pas adéquate, comme le nombre trop important de locataires. 

Le pourcentage de logements ayant un problème grave était de 13 % à l’échelle du pays en 2016.

À Fort Simpson, le nombre de ménages dépourvus de commodités de base comme l’eau courante, ou de maisons nécessitant des réparations majeures, a triplé en trois ans, passant de 40 en 2016 à 127 en 2019.

Le maire de Fort Simpson, Sean Whelly, reconnaît qu’il n’y a pas de solution facile pour s’assurer que tout le monde a accès à un logement abordable et adéquat dans sa communauté.

Il y a beaucoup de problèmes quand vient le temps de parler logement, avance-t-il. Les logements vieillissent et il n’y a pas beaucoup de nouvelles constructions ici.

Sean Whelly dit que, avec l'aide de la Première Nation Liidii Kue, il cherche une solution locale au problème, au lieu d’attendre une solution du gouvernement. Si vous attendez que le gouvernement règle vos problèmes, vous attendrez longtemps, affirme-t-il.

Inuvik, Tuktoyaktuk, Norman Wells et Hay River ont également connu une augmentation du nombre de ménages ne disposant pas des commodités de base en 2019.

Logements inabordables en hausse à Yellowknife

Pour qu’un logement soit abordable, il faut que le locataire ou le propriétaire dépense 30 % ou moins de son revenu annuel pour s’y loger.

Plan moyen de Julie Green.

Julie Green, députée de Yellowknife Centre, croit que la situation du logement dans la capitale est urgente.

Photo : Radio-Canada

À Yellowknife, le nombre de ménages qui dépensent plus de 30 % de leur revenu annuel pour se loger a presque doublé entre 2016 et 2019.

Julie Green, la députée de Yellowknife Centre, est choquée et déçue des résultats de ce sondage.

Il y a une crise, dit-elle. C’est un droit fondamental d’avoir accès à un logement.

La première ministre des Territoires du Nord-Ouest, Caroline Cochrane, a mentionné des investissements pour le logement abordable dans les priorités de la 19e Assemblée législative.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Immobilier