•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enquêteurs quittent les lieux de l'écrasement d'avion à Kingston

Des débris d'avion sur une remorque.

« L'épave du Piper PA32 impliqué dans l’écrasement survenu le 27 novembre à Kingston, en Ontario, en route pour le bureau de Richmond Hill du BST pour un examen plus approfondi », indique le BST.

Photo : BST/Twitter

Radio-Canada

Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) ont quitté les lieux de l'écrasement d'avion, à Kingston, en Ontario, dans lequel cinq Américains et deux Canadiens ont perdu la vie.

Des morceaux de l’avion, dont la queue, les ailes et le fuselage ainsi que certains objets comme une glacière ont été soigneusement installés dans une remorque vendredi après-midi par des inspecteurs du BST, des agents de la police de Kingston ainsi que des employés d’une entreprise d’excavation locale.

Selon les informations du BST, les débris seront transportés dans leurs laboratoires de Richmond Hill afin d'être examinés dans le cadre de l'enquête.

Des enquêteurs sont sur le lieu d'un écrasement d'avion dans une zone boisée avec les débris d'un avion.

Des enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) sur les lieux de l'écrasement au lendemain de l'accident, jeudi.

Photo : BST/Twitter

Mercredi, un petit avion de six places s’est écrasé dans l'ouest de Kingston vers 17 h, tuant les sept passagers qui étaient à bord, dont trois enfants.

Cinq des sept victimes étaient des membres d’une même famille. Le pilote, Otabek Oblokulov, volait en compagnie de sa femme et de leurs trois enfants, âgés de 3, 11 et 15 ans.

Les deux autres victimes sont un couple vivant dans la région de Toronto et originaire d’Ouzbékistan.

Des voitures avec la queue de l'avion que l'on aperçoit.

Les équipes sur place ont récupéré les débris de l'avion qui s'est écrasé.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pépin

Selon le BST, le Piper PA-32 se dirigeait vers Québec, après avoir décollé de l'aéroport de Buttonville, au nord de Toronto, lorsqu'il a pris contact avec la station d'information de vol de Kingston.

L'avion a été détruit. Selon un examen initial de l’épave, l’angle d’impact avec le relief était très prononcé.

Enquête du Bureau de la sécurité des transports

D’après les communications entre le pilote et le service d’information de vol de Kingston qui ont eu lieu juste avant l’accident, il semble que le pilote avait l’intention d’atterrir à Kingston. Peu après 17 h, l’avion est entré en collision avec le relief à environ 2,8 milles marins au nord de l’aéroport de Kingston et s’est immobilisé en direction nord, dans l’axe de la piste nord-sud de l’aéroport Kingston/Norman Rogers (CYGK), a rendu compte le BST sur la page de son site consacrée à l'enquête.

Un fourgon où il est écrit en anglais «Gestion des urgences» quitte le lieu de l'accident.

Le poste de commandement mobile quitte la scène de l’accident vendredi.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pépin

Le BST continue son enquête pour déterminer la cause de l’écrasement. Il aura aussi l’aide de ses homologues américains, le National Transportation Safety Board (NTSB).

Le NTSB participera à l'enquête sur l'accident d'un Piper PA-32 à Kingston, en Ontario, le 27 novembre. L'enquête sera dirigée par le Bureau de la sécurité des transports du Canada, qui publiera toutes les informations à ce sujet. Le NTSB offrira son aide, sur demande, a déclaré dans un courriel un porte-parole de l'agence américaine, Peter C. Knudson.

Si la cause de l'écrasement demeure inconnue pour l'instant, le BST a d'ores et déjà indiqué que la météo serait l'un des facteurs qu'ils examineront. Les dossiers indiquent des conditions météorologiques qui se dégradaient au moment de l’événement, peut-on lire sur le site du BST.

Environnement Canada avait diffusé un bulletin météo spécial mercredi soir pour la région de Kingston, prévoyant des rafales pouvant atteindre 80 km/h.

Selon les données compilées par l'agence fédérale à l'aéroport de Kingston, les vents y ont atteint 56 km/h par moments. Il y avait aussi de la pluie faible.

Avec des informations de Frédéric Pépin et Geneviève Normand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Écrasement d'avion