•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cloches d'église pour symboliser le processus de guérison

Les cloches reposent actuellement à plat sur le terrain de la clinique médicale.

Les trois cloches de l'église Saint-Philippe de Jonquière seront installées sur des rails de chemin de fer.

Photo : Radio-Canada

Gilles Munger

Un médecin de Saguenay veut fabriquer une oeuvre d'art pour sauver les trois cloches de l'église Saint-Philippe de Jonquière, démolie il y a un mois.

Le médecin veut installer les trois cloches sur des rails de chemin de fer devant le futur Centre d'aide aux personnes accidentées ou blessées à l'emploi.

La plus grosse cloche va représenter la personne qui tombe malade. Qui était dans le mieux de son état puis hop, tombe malade, hop, un cancer, hop une dépression.

Clément Paradis, cofondateur du Centre d'aide aux personnes accidentées ou blessées à l'emploi

La seconde cloche représentera le rétablissement du malade, alors que la troisième, plus petite et plus haute, illustrera la guérison.

Une impression sur la cloche illustre Marie, mère du monde, et l'année de fabrication en 1964.

La plus petite cloche symbolisera la guérison, mais avec les deuils nécessaires à faire après une dure maladie.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Clément Paradis a acquis les cloches de l'église du conseil de fabrique pour éviter qu'elles soient envoyées à la ferraille. «C'est le symbole de l'appel, c'est le symbole du rassemblement. Ça peut être le symbole de la mort aussi», explique-t-il pour faire comprendre l'importance qu'il accorde à ces oeuvres.

Au départ, il voulait sauver les sculptures de sa mère et sa tante qui étaient dans l'église Saint-Philippe, mais ces dernières sont conservées dans la nouvelle chapelle située tout près.

Une fleur, une ancre et un oiseau figurent parmi les motifs du bas relief de l'une des cloches.

L'ancre dans l'un des détails d'une cloche pourrait servir de logo pour l'organisme.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Emmanuel Descoutiéras, propriétaire de la Fonderie d'art d'Inverness, a donné quelques conseils pour restaurer et protéger le métal. Il salue le sauvetage des trois cloches. « Normalement, ces pièces-là, elles sont envoyées à la ferraille, elles sont détruites, elles sont coupées en morceau... Ils envoient ça aux États-Unis, ils les transforment puis ils nous les renvoient pour qu'on les achète », ajoute-t-il.

Les trois cloches seront restaurées par une entreprise de Saint-Fulgence cet hiver pour être prêtes à installer avant l'ouverture de la clinique au printemps.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Arts visuels