•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bingo, une activité lucrative pour une radio communautaire

Une famille joue au bingo

Pour la famille Mondoux, le Bingo CKGN est une occasion de se rassembler.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Jimmy Chabot

Au moment où plusieurs quotidiens, radios ou télévisions locales au pays traversent une crise des médias, la radio CKGN à Kapuskasing a trouvé une façon bien à elle de survivre. La station de radio communautaire utilise le bingo pour faire gonfler ses coffres.

Devant la crise actuelle dont souffrent la plupart des médias, la radio communautaire CKGN a choisi de miser sur le bingo. Et pour cause, l'activité est une véritable religion pour les communautés nord-ontariennes entre Opasatika et Smooth Rock Falls.

La majorité de nos fonds viennent du bingo, c’est notre plus grande collecte de fonds, on va chercher dans les six chiffres.

Nicole Lévesque, présidente de la radio CKGN

Les cartes sont vendues au coût de 5 $ dans une dizaine de points de vente le long de la route 11, dont au Meilleur Dépanneur de Moonbeam, propriété de Mylène Gravel.

On fait la file au dépanneur pour s'acheter des cartes de bingo.

Au Meilleur Dépanneur à Moonbeam, on fait la file pour se procurer des cartes.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

C’est la folie ici une heure avant le coup d’envoi du bingo. On reçoit 300 cartes dans la saison estivale et souvent on en manque.

Mylène Gravel, copropriétaire du Meilleur Dépanneur

Raymonde Mondoux peut dépenser jusqu’à 30 $ par semaine pour l’achat de cartes de Bingo. Quand elle perd, elle dit qu’elle a fait un don à la radio CKGN.

Un rendez-vous rassembleur

Chaque samedi 16 h, à la radio communautaire, le bingo rassemble francophones et anglophones.

Un groupe de femmes joue au bingo radio.

Une radio à portée de main pour suivre attentivement le déroulement du bingo.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

La formule est simple. L’annonceur donne les numéros dans les deux langues officielles du pays. Au lieu de crier bingo, les gagnants téléphonent au technicien de CKGN, Chris St-Pierre, qui vérifie s'il s'agit bien d'une carte gagnante.

Le bingo CKGN est l’une des rares choses qui rassemblent autant la communauté, peu importe la langue. Le bingo, c’est rassembleur, ce n’est pas limité par la langue dont tu parles.

Chris St-Pierre, technicien au Bingo radio

Le bingo à la radio, c’est une partie de plaisir pour le résident de Moonbeam Joel Chevalier. Joel rassemble la plupart du temps ses invités à l’extérieur pour jouer.

Trois couples jouent au bingo.

Joel Chevalier profite du bingo pour rassembler ses amis le samedi.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

L’hiver, on joue au bingo CKGN sur la glace aux cabanes à pêches, il faut "taper" nos cartes pour ne pas qu’elles s’envolent, et l’été on se réunit au camping.

Joel Chevalier

La mairesse de Moonbeam et présidente de la radio CKGN, Nicole Lévesque décrit le bingo comme une activité presque religieuse dans sa communauté.

Une femme appelle les numéros au bingo.

En plus d'être mairesse de Moonbeam, Nicole Lévesque donne de son temps bénévolement pour annoncer les numéros au bingo.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Un peu comme une messe, Raymonde Mondoux rassemble toute sa famille autour du bingo. Quatre générations se retrouvent dans sa maison les samedis, grâce à la présence de sa fille, de son petit fils et de son arrière-petite-fille.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Jeux et loteries