•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre avec le VIH en 2019

Jesse Brown souriant.

Jesse Brown est séropositif et directeur général de la Société Friends for Life de Vancouver

Photo : Friends For Life

Radio-Canada

La Journée mondiale de lutte contre le sida, qui a lieu le 1er décembre, se déroule cette année sous la thématique : « Les organisations communautaires font la différence ». La société Friends for Life de Vancouver est l'une de ces organisations.

Friends for Life offre des services de bien-être et de soutien spécialisés aux personnes confrontées aux défis de la vie associés au VIH ( (virus de l'immunodéficience humaine) entre autres. Ces services sont offerts gratuitement par des experts qualifiés et certifiés dans leur domaine.

Façade d'une maison sur deux étages entourée d'arbres.

Friends for Life offre ses services spécialisés dans une maison patrimoniale rénovée située dans le West End de Vancouver.

Photo : Vancouver Friends for Life Society

Une annonce qui change sa vie

Une réalité que comprend bien le directeur général de l'organisme, Jesse Brown, puisqu’il vit avec le VIH. Il a découvert qu'il était infecté par le VIH à l’âge de 20 ans lors d’un test de dépistage à l’Université de la Colombie-Britannique.

Pour lui, ce fut un véritable choc à l’époque. Il en connaissait très peu sur ce virus. Son premier réflexe a été de penser qu’il devrait faire le tour du monde le plus vite possible, de peur de ne plus avoir beaucoup de temps à vivre.

Jesse Brown estime que les jeunes devraient être mieux renseignés sur le sujet. Nous avons besoin d'une véritable éducation à la santé bisexuelle dans les écoles. Une éducation qui réduit la stigmatisation autour du virus, explique-t-il.

Finalement, ce qui l’a beaucoup aidé à passer au travers de cette épreuve est d’avoir été dirigé vers YouthCO, une organisation qui lui a permis de rencontrer d’autres jeunes comme lui qui vivent avec le VIH.

C’est un endroit génial. J’ai fini par y aller à fond pour devenir leur directeur général, confie-t-il en songeant avec fierté aux années qu'il a passées avec l'organisation.

Il a aussi reçu de bons traitements médicaux. Il estime que les gens qui habitent en Colombie-Britannique sont chanceux. C’est un privilège pour toutes les personnes séropositives d'avoir accès au traitement dont elles au besoin, dit-il.

C’est sa relation avec un partenaire séronégatif qui l’a motivé à suivre un traitement antirétroviral, qui consiste à prendre un comprimé par jour contenant plusieurs médicaments. Ce traitement est disponible au Centre d’excellence du VIH/sida de la Colombie-Britannique. Ce comprimé présente peu ou pas d’effets secondaires. Il est facile d’accès et abordable, souligne Jesse Brown.

Briser l’isolement

Jesse Brown se sent chanceux et privilégié, il sait que son histoire est unique. Je dirige une organisation. Je dois aller chez le médecin tous les trois mois pour me faire examiner. Je suis dans une relation harmonieuse avec une personne séronégative. Parfois, il oublie pendant plusieurs jours qu’il a le VIH.

Il se dit conscient que certaines personnes n'ont pas cette chance et peuvent se sentir isolées avec leur diagnostic.

Jesse Brown affirme qu’il est important, lors de la Journée mondiale de lutte contre le sida, de continuer à consacrer du temps aux personnes avec des problèmes de santé qui se sentent isolées ou honteuses à cause de leur diagnostic.

Il invite les gens à parler de leur situation pour changer la mentalité et les perceptions des autres. Comme il l’a fait en 2012 lorsqu’il a participé au documentaire Positive Youth pour parler de son expérience de vivre avec le VIH.

Il veut que tout le monde ait un endroit sûr pour obtenir le soutien dont il a besoin.

Personne ne devrait vivre isolé avec une maladie. La stigmatisation peut avoir un impact négatif sur la santé mentale d’une personne.

Jesse Brown, directeur général de la Société Friends for Life de Vancouver

Jesse Brown pense que la province devrait travailler pour donner l'exemple à d'autres pays et à d'autres régions du pays où les choses ne sont pas aussi bonnes.

Ce qu’il souhaite, c’est qu’il y ait une distribution plus égale des ressources dans les différentes régions et que le soutien aux différentes organisations communautaires travaillant avec des personnes vivant avec le VIH continue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Sida