•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford peut-il colmater les brèches de l'unité nationale?

Un homme derrière un microphone.

Doug Ford est revenu de sa pause estivale avec un nouveau ton, une nouvelle personnalité conciliante et une nouvelle mission: unifier le Canada.

Photo : Radio-Canada

Julie-Anne Lamoureux
Mathieu Simard

Bien des yeux seront tournés vers Doug Ford, lundi, alors qu’il accueillera ses homologues provinciaux dans la banlieue de Toronto. Il les a conviés pour une « rencontre d'urgence » devant le fossé national qui se creuse. Doug Ford s'est surtout fait connaître dans la dernière année pour son côté agitateur, mais voilà qu’il veut devenir le champion de la conciliation canadienne et de la bonne entente entre les provinces. La tâche qui l'attend n'est pas mince, elle relève plutôt de l'exploit.

La sauvegarde de l'unité nationale est devenue le nouveau cheval de bataille de Doug Ford.

Depuis les élections fédérales, il ne cesse de répéter que le pays n'a jamais été aussi divisé. Le premier ministre ontarien est cependant d’avis qu'il est possible de concilier les intérêts de toutes les régions.

Pourtant, les enjeux pancanadiens qui font consensus sont peu nombreux. La question énergétique est probablement la plus épineuse. La lutte contre les changements climatiques et l'exploitation des énergies fossiles semblent irréconciliables autour de la table du Conseil de la fédération.

Le Conseil est peut-être composé en majorité de représentants de partis de droite ou de centre droit, mais des points de discorde existent.

Il y aura des désaccords autour de cette table.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Par cette réunion spéciale, le premier ministre ontarien veut avant tout envoyer un message aux investisseurs : Vous pouvez investir au Canada, notre pays est uni.

Doug Ford est d’ailleurs rayonnant d'optimisme à l’approche de la rencontre. Rien ne semble ébranler sa confiance; les provinces sauront passer à travers ces quelques bosses.

Les 13 premiers ministres canadiens photographiés l'un à côté de l'autre au Conseil de la fédération à Saskatoon.

Les 13 premiers ministres des dix provinces et des trois territoires du Canada, lors du Conseil de la fédération à Saskatoon, en juillet.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Une mission pour sauver le Canada ou sauver sa peau?

Doug Ford se montre sous un autre visage ces jours-ci. Son ton est moins combatif et il parle davantage aux journalistes de la tribune de la presse à Queen’s Park.

Ce n’est un secret pour personne : le premier ministre a eu une dernière année particulièrement difficile. La réalité du pouvoir l'a rattrapé. En agissant comme rassembleur, il pourrait possiblement redorer son image et changer la perception que les électeurs ontariens ont de lui. Ce ne sont plus ses décisions qui sont problématiques, mais bien les divisions entre les provinces canadiennes. Il apparaît comme celui qui propose des solutions plutôt que comme celui qui crée des tensions. Au cours de la dernière année, il a dû faire moult volte-face en raison de l'impopularité des politiques qu'il a mises en place.

Des problèmes volatilisés

Lors de sa rencontre avec Justin Trudeau la semaine dernière, Doug Ford n'a abordé que des sujets sur lesquels les deux politiciens s'entendent. Pas question par exemple de parler de la taxe du carbone. Le bureau de Doug Ford a aussi confirmé à Radio-Canada que le premier ministre n'avait pas l'intention d'évoquer avec François Legault la volonté de l'Assemblée législative ontarienne de dénoncer la Loi québécoise sur la laïcité de l'État.

Des macarons photographiés sur une table.

Des macarons dénonçant la Loi sur la laïcité de l'État.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Les députés ontariens ont pourtant adopté à l'unanimité une motion — non contraignante — pour demander que cette Loi soit abrogée et que l'Ontario participe à une éventuelle contestation devant la Cour suprême.

Encore une fois, l'attaché de presse de Doug Ford explique que François Legault est bien au fait de la position du gouvernement ontarien et que Doug Ford souhaite aborder des sujets qui rassemblent plutôt que des enjeux qui divisent. Soit. Mais être un chef et faire preuve de leadership, c'est aussi avoir des conversations difficiles. C'est user de persuasion et défendre les convictions et les valeurs de ceux que l'on représente. Est-ce que Doug Ford tentera d'éviter à tout prix de s'enliser sur un terrain glissant en abordant des sujets qui ne font pas consensus autour de la table du Conseil de la fédération? À suivre lundi.

Que veut obtenir Doug Ford?

Doug Ford a été la cible des attaques répétées de Justin Trudeau avant et pendant la campagne électorale fédérale. Il ne semble toutefois pas éprouver de rancœur. Il assure ne ressentir aucune amertume envers le chef libéral, qui l'a pourtant vivement critiqué à mainte reprise lors de la campagne, plus souvent qu'il n'a attaqué le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer.

Le bureau du premier ministre Ford nous assure toutefois que les relations avec le premier ministre Trudeau et son entourage sont bonnes.

Est-ce que Doug Ford voudrait s'attirer les faveurs du fédéral? Doug Ford a indiqué à plusieurs à plusieurs reprises qu'il aimerait que les transferts fédéraux en santé soient plus généreux. L'état actuel des finances de l'Ontario ne lui permet pas d'investir massivement en santé et d'éliminer le déficit. Il sait cependant qu'Ottawa pourrait l'aider à ce chapitre.

Justin Trudeau et Doug Ford se serrent la main, souriants.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, rencontrait pour la première fois son homologue ontarien Doug Ford depuis les élections fédérales.

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Doug Ford et la francophonie

Certes, Doug Ford veut jouer au rassembleur, mais il demeure toutefois à l'origine de la crise linguistique qui a secoué tout le pays il y a un an. L'an dernier, le 1er décembre, des milliers de personnes descendaient dans les rues aux quatre coins de l'Ontario pour dénoncer les coupes en francophonie.

La colère des Franco-Ontariens a eu des échos partout au pays. Comment jouer au défenseur de l'unité nationale dans un tel contexte? Ses collègues premiers ministres auront-ils oublié? Les Ontariens et les autres Canadiens auront-ils oublié?

Une foule avec des pancartes contre les politiques.

Les positions du premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, au début de son mandat, ont réveillé la fierté francophone partout au pays.

Photo : La Presse canadienne / PATRICK DOYLE

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique