•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Î.-P.-É. : l'« esprit de collaboration » a survécu à une autre session parlementaire

Des députés sont assis et écoutent la lieutenante-gouverneure alors qu'elle donne la sanction royale à des projets de loi.

La lieutenante-gouverneure Antoinette Perry a donné la sanction royale à 25 projets de loi à la fin de la session parlementaire d'automne 2019 à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

François Pierre Dufault

La collaboration entre les partis politiques à l'Île-du-Prince-Édouard est demeurée à l'ordre du jour tout au long de la session parlementaire qui a pris fin, jeudi. Mais l'opposition soutient qu'elle a tout de même été en mesure de serrer la vis au gouvernement minoritaire sur certains dossiers.

La majorité des députés à l'Assemblée législative étaient prêts à mettre fin aux travaux parlementaires dès mercredi après-midi.

Mais pas Robert Henderson.

Le député libéral de la région de O'Leary a forcé la tenue d'une 11e journée de débats. Il n'était pas satisfait des réponses qu'il avait reçues la veille du gouvernement progressiste-conservateur par rapport à un projet de centres de santé ruraux.

J'ai rejeté une demande du gouvernement pour mettre fin aux débats plus tôt que prévu.

Robert Henderson, député libéral de l'Île-du-Prince-Édouard

En somme, Robert Henderson ne voyait pas la nécessité d'investir 5 millions de dollars dans de nouvelles cliniques rurales alors qu'il y a une pénurie de médecins dans les installations existantes.

La lieutenante-gouverneure Antoinette Perry avait été contactée et s'était mise en route pour clore la session parlementaire, mercredi. Elle a dû faire demi-tour.

Robert Henderson, ministre de la Santé et du Mieux-être de l'Île-du-Prince-Édouard

Robert Henderson, député libéral et ancien ministre de la Santé et du Mieux-être de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

Robert Henderson a finalement obtenu les précisions qu'il cherchait et les travaux parlementaires ont pu être ajournés, jeudi.

Malgré ce geste de protestation de l'opposition, le premier ministre Dennis King estime que cet esprit de collaboration, qui est devenu son leitmotiv, a survécu sans trop de heurts à une deuxième session parlementaire.

Les Insulaires nous ont demandé de travailler ensemble et c'est ce que nous faisons. Il y a toujours des débats enflammés, mais je crois que le résultat [de cette collaboration] est un meilleur gouvernement.

Dennis King, premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard

J'ai un désir sincère de faire les choses différemment. Mais la politique reste la politique. Ceux qui font de la politique depuis longtemps ont peut-être plus de difficulté à s'en éloigner, avance Dennis King. Et la collaboration ne veut pas nécessairement dire que nous sommes toujours d'accord sur tout.

En 11 jours, le gouvernement minoritaire a fait adopter 25 projets de loi. Plusieurs de ces documents ont reçu un appui unanime. C'est le cas des projets de loi pour établir un Bureau indépendant du défenseur des droits des enfants, pour ouvrir les dossiers d'adoption, pour bannir la thérapie de la conversion, et pour freiner la concentration des propriétés agricoles, notamment.

Le député d'arrière-ban Cory Deagle a reçu un appui unanime pour faire interdire les produits du tabac et le vapotage aux personnes de moins de 21 ans.

Le gouvernement minoritaire de Dennis King a aussi rallié les appuis nécessaires pour faire adopter un budget d'immobilisation de 156 millions de dollars. Les six députés qui ont voté contre ce budget l'ont fait principalement à cause de petites choses qui ont un impact sur leur circonscription, selon le premier ministre. C'est le cas du député libéral Gord McNeilly, qui s'est désolé de n'y voir aucun investissement pour agrandir une école de langue anglaise à Charlottetown.

Le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, se dit lui aussi satisfait de cette session parlementaire. Selon lui, la collaboration a rendu le travail des députés plus efficace.

Je suis très content. Tous les députés et tous les Insulaires ont de quoi être fiers du travail accompli cet automne. Plusieurs projets de loi importants ont été adoptés. Et de façon générale, la collaboration a été bonne.

Peter Bevan-Baker, chef de l'opposition officielle à l'Île-du-Prince-Édouard

Dans cet esprit de collaboration, les députés progressistes-conservateurs consultent leurs collègues verts et libéraux dans la préparation de tous les projets de loi importants.

Les conversations difficiles ont toujours lieu. Mais elles n'ont pas lieu sur le plancher de l'Assemblée législative. C'est une meilleure utilisation de notre temps, affirme Peter Bevan-Baker. Mais nous pouvons peut-être rendre ce processus plus transparent, concède-t-il. La dernière chose que nous voulons, c'est rendre le gouvernement moins ouvert et transparent.

Dennis King croit que le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard peut devenir un modèle de collaboration à l'échelle nationale, y compris à Ottawa où les libéraux de Justin Trudeau viennent d'être reportés au pouvoir à la tête d'un gouvernement minoritaire. Le reste du pays nous regarde et est très envieux de ce qui se passe ici, insiste le premier ministre insulaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale