•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Presque tous les services sont rétablis à l’Hôpital de Campbellton

La façade de l'hôpital

Seuls les services liés aux accouchements demeurent temporairement interrompus à l’Hôpital régional de Campbellton au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les patients de la région de Campbellton ont à nouveau accès à certains services de santé qui avaient été interrompus la semaine dernière, annonce le Réseau de santé Vitalité.

Les admissions sont à nouveau acceptées à l'Hôpital régional de Campbellton à compter de vendredi. Le bloc opératoire reprend aussi ses activités pour les cas urgents.

Rappelons que les services des cliniques externes et d'opération d’un jour ont été rétablis mercredi. Les ambulances s’arrêtent à nouveau à cet hôpital.

Seule l’unité d’obstétrique et de gynécologie demeure fermée. La situation sera réévaluée la semaine prochaine, indique Vitalité.

L’engorgement de l’hôpital et le manque de personnel médical ont poussé Vitalité à interrompre temporairement plusieurs services.

L’hôpital compte encore un nombre très élevé de patients qui devraient plutôt être dans un foyer de soins. Les progrès de ce côté sont très lents, rappelle Vitalité.

Tant que le nombre de patients de niveau de soins alternatifs n’aura pas diminué de manière plus notable, il sera difficile d’assurer un bon fonctionnement de l’établissement, a déclaré Gilles Lanteigne, président-directeur général de Vitalité.

Vitalité et Horizon doivent présenter des plans

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Hugh Flemming, demande aux réseaux de santé Vitalité et Horizon de produire un plan pour éviter des interruptions de service liées à l’engorgement des hôpitaux.

Il faut considérer la situation comme si tout est sur la table, dit le ministre. La province connaît une crise, selon lui.

M. Flemming a demandé aux réseaux de tenir compte de trois éléments dans leur plan : la pérennité, la qualité et l’accessibilité.

Les quatre politiciens dans un studio radiophonique sont assis devant l'animateur.

Le ministre de la Santé, Hugh Flemming, et les députés Jean-Claude D'Amours, Megan Mitton et Michelle Conroy ont discuté des soins de santé au micro de CBC.

Photo : CBC

Les partis d’opposition ne sont pas tous d’accord avec son approche.

Le député libéral d’Edmundston-Madawaska-Centre, Jean-Claude D'Amours, ne croit pas que les patients devraient choisir entre la qualité et la quantité des soins. Nous devons nous assurer que nous pouvons offrir les services dans chaque région de la province, a-t-il souligné.

Il craint que le gouvernement finisse par fermer définitivement des services ou même des hôpitaux.

La députée verte de Memramcook-Tantramar, Megan Mitton, craint aussi la fermeture d’hôpitaux, particulièrement en milieu rural. Puisque tout est sur la table, dit-elle, certains citoyens s’inquiètent probablement.

Mme Mitton aimerait voir les intervenants créer un comité sur les soins de santé pour favoriser la discussion autrement qu’à l’Assemblée législative.

La députée allianciste de Miramichi, Michelle Conroy, estime aussi qu’un tel comité peut être bénéfique, mais Jean-Claude D'Amours et Hugh Flemming sont sceptiques.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !