•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jusqu'à 5,3 M$ de Québec pour aider les entreprises forestières de l'Outaouais

Des camions transportent le bois à l'extérieur de la forêt.

L'aide de Québec est destinée aux entreprises qui coupent du bois en Outaouais et dans les Laurentides (archives).

Photo : Radio-Canada / Etienne Dumont

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Québec octroie une aide financière pouvant aller jusqu'à 5,3 millions de dollars aux entreprises forestières de l'Outaouais et des Laurentides pour traverser la crise qui ébranle l’industrie.

Le gouvernement provincial a indiqué dans un communiqué publié vendredi matin que cette enveloppe visait à alléger les répercussions de la fermeture récente de l’usine de Fortress, à Thurso, sur les entreprises qui récoltent du bois en Outaouais et dans les Laurentides.

Le soutien financier [...] permettra de compenser les frais additionnels engendrés par le déplacement des volumes de bois des entreprises de ces régions vers l’usine de Domtar située à Windsor, en Estrie, peut-on lire dans le communiqué du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

L'usine Domtar de Windsor, en Estrie

C'est à l'usine Domtar de Windsor en Estrie, que sera transformé le bois de l'Outaouais. Les 5 millions octroyés par Québec, serviront à payer pour le transport du bois sur une distance plus 300 km séparant les deux régions.

Photo : Radio-Canada

En entrevue à l’émission Les matins d’ici, le ministre Pierre Dufour a affirmé qu’il s’agissait d’un coup de pouce temporaire pour le secteur forestier, le temps de trouver une solution plus permanente.

C’est un diachylon qu'on met sur une plaie ouverte.

Une citation de :Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs

C'est aussi l'opinion du maire de Thurso, Benoit Lauzon. Selon lui, il faudra en faire bien plus pour aider l'industrie forestière de la région.

À court terme peut-être, [ça peut aider] pour maintenir certaines opérations forestière, mais s'il n’y ’a pas d’autre chose qui arrive, on ne vient pas de régler la problématique, affirme M. Lauzon.

Création d'une cellule de crise

Le gouvernement du Québec entend mettre sur pied une cellule d’intervention spéciale formée d’élus des différents ordres de gouvernement ainsi que d’intervenants régionaux et de l’industrie afin de trouver des solutions à long terme.

Le ministre Dufour est d’avis que le temps presse. On n'aura pas le choix de trouver des actions à court terme et c’est la cellule de crise qui va nous amener vers des tangentes et des directions, a-t-il lancé.

Un gros plan d'un homme en entrevue.

Le maire de Thurso, Benoit Lauzon croit cependant que des améliorations au régime forestier sont nécessaires pour aider les entreprises forestières de la région.

Photo : Radio-Canada

Le régime forestier mis en place en 2013 est souvent pointé du doigt par les acteurs de l’industrie en Outaouais pour la hausse des coûts, mais le ministre n’ose pas mettre cette mesure au banc des accusés.

Avec le temps, comme n'importe quel programme, on peut voir un peu ce qui a été fait, a-t-il soutenu. Il y a de bonnes choses qui ont été faites et il y a des choses qui doivent être revues.

Benoit Lauzon croit cependant que des améliorations au régime forestier sont nécessaires pour aider les entreprises forestières de la région.

Il faut regarder comment on peut mieux planifier les opérations forestières pour réduire le coût de nos entreprises. La problématique vient véritablement de là.

Une citation de :Benoit Lauzon, maire de Thurso

La première rencontre de la nouvelle cellule doit avoir lieu en Outaouais le 12 décembre.

Travailler en équipe, mais rapidement

C’est une bonne nouvelle, mais il faut prendre des actions et rapidement, a réagi de son côté la préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, à l'antenne de Radio-Canada.

Il ne faut pas que ce soit des rencontres de cellule d'intervention juste pour parler. Il faut travailler en équipe.

Une citation de :Chantal Lamarche, préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau

La préfète fait de ce dossier une priorité. Je vais talonner je ne vais pas les lâcher. C’est depuis 2013. Peut-on régler ça et passer à d’autres choses en Outaouais? a -telle demandé.

Un employé se dirige vers l’usine Fortress à Thurso.

La CAQ souhaite réunir les conditions favorables pour permettre la relance de l’usine Fortress, à Thurso, en Outaouais, dont les dirigeants ont confirmé hier la fermeture temporaire.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Poudrier

Une fermeture qui coûte cher

C’est la troisième fois depuis le début de l’automne que Québec se porte au secours du secteur forestier en Outaouais. En septembre, la province a octroyé un prêt de 5 millions de dollars à l'usine Fortress pour l’aider à maintenir ses activités.

Le lendemain de la fermeture de l’usine, en octobre, l’administration Legault a accordé un nouveau prêt de 8 millions de dollars à l’entreprise.

Les difficultés de l’usine de cellulose de la MRC de Papineau ont également forcé l’entreprise Lauzon planchers de bois exclusifs — basée à Papineauville — à mettre un terme à ses activités de coupe forestière. Résultat : 165 personnes ont perdu leur emploi.

Ces pertes s’ajoutent aux quelque 250 mises à pied à l’usine Fortress elle-même.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !