•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première cimenterie étudie la possibilité de capter le carbone qu'elle émet

Plan large de la cimenterie.

La cimenterie Lehigh conduira la première étude de faisabilité pour réduire son émission de carbone.

Photo : Radio-Canada / Sarah Xenos

Sarah Xenos

La cimenterie Lehigh, basée à Edmonton, conduira une étude de faisabilité sur la possibilité de capter et de stocker son carbone, soit une première dans l’industrie du ciment considérée comme une grande émettrice de gaz à effet de serre.

La capture et le stockage de carbone (CCS) est une technologie qui permet d’emprisonner le dioxyde de carbone (CO2) présent dans l'air et reconnu comme un gaz à effet de serre (GES).

Si le projet se concrétise, la cimenterie Lehigh compte réduire de 90 % ses émissions de CO2 par année, soit l'équivalent de la consommation de 104 000 voitures sur les routes pendant une année.

Cela montre le leadership audacieux et l'esprit d'entreprise de nos industries qui continuent de donner l'exemple en recherchant des solutions uniques et des technologies inexploitées pouvant réduire les émissions chez eux et dans le monde, fait valoir le ministre de l'Environnement et des Parcs, Jason Nixon, par voie de communiqué.

Beth Hardy, Jason Nixon, Steve Macdonald et Joerg Nixdorf.

Le gouvernement provincial annonce une aide de 1,4 millions en appui à une étude de la cimenterie Lehigh pour réduire ses émissions de carbone.

Photo : Radio-Canada / Sarah Xenos

En s’associant au International CCS Knowledge Centre, un centre de recherche de Regina spécialisé dans la capture et le stockage de carbone, l’entreprise Lehigh devient la première cimenterie en Amérique du Nord à conduire une telle étude de faisabilité. Le coût de l'étude est évalué à trois millions de dollars.

Il faut trouver un moyen de réduire les émissions des industries pour atteindre l'objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre

Beth Hardy, vice-présidente du International CCS Knowledge Centre

En captant ainsi le carbone, les entreprises émettrices pourraient continuer leurs activités tout en permettant à l’Alberta de respecter les cibles d’émission fixées par l'ancienne première ministre néo-démocrate, Rachel Notley, à 100 millions de tonnes par année.

Pour ce faire, le gouvernement albertain annonce un appui de 1,4 million de dollars pour soutenir la cimenterie Lehigh d'Edmonton dans ses recherches pour capter et stocker le carbone émis par son usine.

Ce soutien financier du provincial s'inscrit dans le cadre du Programme d'innovation technologique et de réduction d'émissions (TIER) du gouvernement du Parti conservateur uni. Il est rendu disponible par Emission Reduction Alberta (ERA) qui travaille avec le gouvernement et les industries pour favoriser les innovations relatives à la réduction des GES.

L'investissement d'aujourd'hui amène à 166 le nombre de projets supportés par Emission Reduction Alberta, pour un total de 570 millions de dollars, précise le président directeur général d'ERA, Steve Macdonald.

Le TIER remplacera le programme néo-démocrate pour taxer les grands émetteurs de gaz à effet de serre à compter du 1er janvier 2020.

Le ministre de l'Environnement et des Parcs, Jason Nixon, est optimiste que grâce au nouveau programme albertain, l'Alberta réduise assez ses émissions de gaz à effet de serre pour que la province reçoive des crédits carbone de la part d'Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Changements climatiques