•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

MEC: une perte de plus de 11 millions $ en un an

Un rayon de gourde multicolore avec le logo de la marque.

MEC enregistre une perte de 2.5% de son chiffre d’affaires entre février 2018 et février 2019.

Photo : MEC

Radio-Canada

Le plus grand détaillant d'équipement de plein air au Canada est en proie à une pression financière. La coopérative Mountain Equipment (MEC) a perdu près de 11,5 millions de dollars l’année dernière, pour un chiffre d’affaires de 462 millions de dollars, selon son rapport financier publié (Nouvelle fenêtre) sur son site web.

Ralentissement des ventes, problèmes de logistique et concurrence accrue de la vente en ligne sont en majeure partie responsables des défis financiers de MEC, indique le nouveau PDG Philippe Arrata. Selon lui, la coopérative se trouve à un moment charnière de son évolution.

Bien que les ventes aient progressé de 1,7 %, elles ne comblent pas la hausse des coûts de 4,4 %, qui ont augmenté encore plus vite, ajoute M. Arrata.

La croissance des ventes ne s'est pas matérialisée, car nous avons assisté à une concurrence accrue des acteurs traditionnels de la grande surface et des acteurs émergents du commerce électronique.

Philippe Arrata, président-directeur général de MEC

Certains membres de longue date de MEC suggèrent toutefois d’autres raisons, telles que des dettes accumulées à la suite d’investissements trop importants dans les nouvelles succursales à Vancouver et à Toronto.

Le mur comporte des points d'accroche multicolores et se situe devant une table de casques de vélos.

Le nouveau magasin de Toronto rue Queen Ouest comporte un mur de 93 mètres carrés pour l'escalade en magasin ainsi que des ateliers de réparation de vélos.

Photo : MEC

Qui plus est, la syndicalisation des employés de plusieurs magasins de la Colombie-Britannique pourrait créer un potentiel de coûts de main-d'œuvre plus élevés.

Objectifs initiaux perdus de vue

Depuis sa fondation à Vancouver en 1971, les magasins MEC ont fleuri dans une vingtaine de villes canadiennes, employant près de 2 700 personnes. Mais bien que l’enseigne soit devenue le plus grand fournisseur de vêtements de plein air et de vêtements de loisirs au Canada, certains membres de longue date lui reprochent de trop diversifier son offre.

Un dirigeant d'une société de logiciels, Steve Jones, s’était présenté au conseil d’administration de MEC en 2018, se disant préoccupé par l’élargissement de la gamme de produits offert par l'équipementier et le manque de transparence des salaires des dirigeants.

Je crains que nous essayions de concourir dans d'autres catégories telles que les vestes en jean et les chaussures de course.

Steve Jones, ancien candidat au conseil d'administration de MEC

Steve Jones et d’autres membres se questionnent notamment sur le désengagement au programme 1 % pour la planète, qui faisait don à des causes environnementales, pour lancer son propre programme communautaire MEC All Out (Nouvelle fenêtre).

De son côté, le nouveau PDG, anciennement à la tête de Best Buy Canada, soutien vouloir renforcer les liens émotionnels avec sa clientèle dans sa stratégie pour se démarquer de la vente en ligne et ainsi traverser cette tempête financière.

Les prochaines élections du conseil d’administration de MEC auront lieu en janvier 2020.

Avec des informations de Yvette Brend

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Affaires