•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incertitude au terme de la session législative d'automne au Yukon

Des gens assis dans une grande salle entourée de drapeaux.

La session d'automne de la 34e Assemblée législative du Yukon s'est ouverte le 3 octobre 2019.

Photo : Radio-Canada / Anaïs Elboujdaini

Claudiane Samson

La session d'automne de la 34e assemblée législative du Yukon s'est terminée mercredi sans qu’une décision ait été prise entourant une éventuelle réforme électorale.

L'été dernier, le gouvernement de Sandy Silver a créé une commission citoyenne chargée de consulter les Yukonnais sur une possible réforme électorale. Le processus a fait l’objet de nombreuses critiques. Les partis d'opposition demandaient que ce travail soit accompli par un comité spécial. Pour sa part, l'ex-greffier de l’Assemblée législative contestait la validité de la commission vu la façon dont elle avait été formée.

La présidente de cette commission citoyenne a remis sa démission fin septembre pour des raisons personnelles.

Plus tôt cette semaine, le premier ministre Sandy Silver a surpris les observateurs en présentant une motion pour la création d’un comité multipartite spécial pour se pencher sur une possible réforme électorale. La motion toutefois a été rejetée par l’actuel greffier, car elle était mal formulée.

Plan large de Sandy Silver debout à l'Assemblée législative.

Le gouvernement de Sandy Silver termine sa troisième année au pouvoir.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Nous voulons travailler avec l’opposition. Nous avons toujours cru qu’une commission non partisane est la meilleure façon de présenter et recevoir des informations des Yukonnais.[...] De cette commission, les informations pourraient passer à un comité spécial où les décisions pourraient être prises. Nous avons toujours su qu’un comité spécial devrait être formé.

Sandy Silver, premier ministre du Yukon

Cette position du premier ministre a suscité l’étonnement des partis de l’opposition qui y voient un revirement de position de la part du gouvernement.

Je comprends que le gouvernement revient sur l’histoire et raconte avoir toujours été en faveur d’un comité spécial , mais on voit bien que l’histoire est différente. [...] Je crois que c’est à la mi-novembre dans une rencontre des trois partis que le gouvernement a parlé d’un comité spécial, explique Kate White du Nouveau Parti démocratique.

Plan large de Kate White debout à l'Assemblée législative.

La députée de Takhini-Kopper King, Kate White, siège à l'Assemblée législative du Yukon depuis 2011.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Kate White qui est favorable à une réforme électorale a travaillé dans les derniers jours à la rédaction d’une motion qui obtiendrait l'accord de tous les partis. La motion a été déposée mercredi, mais la session législative s’est terminée sans qu’elle soit débattue.

J’ai essayé, j’ai travaillé avec le gouvernement pour avancer [une autre motion]. Je pensais qu’il allait l’appeler pour débat, mais c’est pas arrivé, explique-t-elle.

L’incertitude entourant l’avenir de la commission citoyenne ou du comité spécial demeure complète.

Des réalisations lors de la session d’automne?

La session législative s'est terminée avec la sanction par la commissaire du Yukon de plusieurs lois, dont celle sur l'Université du Yukon, les produits du tabac et de vapotage, les Boissons alcoolisées et les Services correctionnels.

« Je suis très fier de ce qu’a accompli le gouvernement depuis trois ans », a affirmé le premier ministre Sandy Silver aux journalistes, citant notamment l'économie ou les initiatives en logement.

Stacey Hassard se tient debout, les mains appuyées sur une table, en prenant la parole à l'Assemblée législative.

L'opposition officielle affirme avoir de la difficulté à obtenir de l'information au nom des électeurs.

Photo : Radio-Canada / Nelly Albérola

Stacey Hassard du Parti du Yukon fait un bilan bien différent de la session.

Nous en sommes à trois ans sous ce gouvernement et ce n’est pas tellement différent de la première année, évalue-t-il. Certains ministres ne semblent toujours pas avoir le contrôle de leurs ministères et le premier ministre n’a toujours pas effectué de remaniement.

Le chef de l’opposition officielle ajoute qu’il est toujours difficile pour son parti d’obtenir des réponses ou de l’information du gouvernement sans devoir passer par une demande d’accès à l’information que ce soit au sujet de la pénurie d'infirmières ou des coûts d'exploitation du nouveau refuge pour sans-abri.

Kate White du Nouveau parti démocratique se désole quant à elle du manque de progrès dans les dossiers.

Je dirais que c'est une session où pas grand-chose ne s’est passé, affirme-t-elle. On n'a pas entendu de progrès sur les sages-femmes, j'avais espoir qu'on allait parler de la réforme électorale, mais ce n'est pas arrivé.

La chef salue toutefois l’adoption à l’unanimité d’une déclaration d’urgence climatique, un succès qu’elle chérit tout particulièrement. Reste à voir, ajoute-t-elle, ce que le gouvernement compte en faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Politique territoriale