•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement manitobain veut mettre fin aux vols incessants d’alcool

Des étagères avec des bouteilles d'alcool dans un magasin.

Le gouvernement du Manitoba annonce une série de mesures pour intervenir contre les vols dans les magasins d'alcool.

Photo : Radio-Canada / Warren Kay

Radio-Canada

Le gouvernement de Brian Pallister réunira différents groupes à une table de concertation nommée Operation Safe Streets pour s’attaquer au fléau des vols dans les magasins d’alcool.

Des représentants du Service de police de Winnipeg, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de la Société manitobaine des alcools et des loteries et du secteur des poursuites du ministère de la Justice prendront part aux discussions.

Le ministre de la Justice, Cliff Cullen, a indiqué, jeudi, que la table de concertation est en place depuis un moment déjà, mais qu’avec la vague de vols qui fait la une chaque jour le gouvernement a officialisé la collaboration et l’a nommée Operation Safe Streets .

Cliff Cullen a précisé qu’une autre table de consultation réunissant des détaillants qui ont vécu l'augmentation des vols sera mise sur pied prochainement.

L’objectif est de débarrasser les rues des délinquants et de s’assurer que les procédures judiciaires sont efficaces.

Cliff Cullen, ministre manitobain de la Justice

Le gouvernement lance également une campagne publicitaire de l’organisme Crime Stoppers à Winnipeg, à Brandon et dans le Manitoba rural. Le partage de l’information entre les différents corps policiers sera aussi amélioré.

Les employés syndiqués veulent avoir leur mot à dire

La présidente du Syndicat des employés gouvernementaux et généraux du Manitoba (MGEU), Michelle Gawronsky, s’est dite choquée de voir que les employés ne feront pas partie de la table de concertation.

Les travailleurs sont absents. Il n’y a rien à propos des employés dans leur annonce. Aucune voix de travailleurs ne sera entendue, déplore-t-elle.

Elle ajoute avoir eu une rencontre positive avec le premier ministre Brian Pallister plus tôt dans la journée. Il semblait ouvert à l’idée, mais voir notre idée écartée de la sorte est irrespectueux, lance Mme Gawronsky.

Elle précise avoir reçu des appuis de l’Association des policiers et de la Chambre de commerce de Winnipeg, notamment, concernant la tenue d’un sommet. C’est le temps pour le gouvernement de reconnaître le besoin de s’asseoir, tout le monde ensemble, ajoute-t-elle.

Si j’ai un trou dans mon toit et que j’ai besoin d’emprunter de l’argent pour réparer mon toit, je le fais pour sauver mes murs. Eh bien, monsieur le premier ministre, c’est le temps de sauver les murs.

Michelle Gawronsky, présidente du Syndicat des employés gouvernementaux et généraux du Manitoba

Nous ne serons pas capables de régler le problème tant que nous n’aurons tout le monde à la même table, affirme-t-elle. Si nous avons besoin d’un sommet, nous devons le tenir avec tous ceux qui ont accepté d’y participer.

Avec les informations de Darren Bernhardt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Crimes et délits