•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Et si votre visage était fiché à votre insu?

En l’espace de quelques années, la technologie de reconnaissance faciale s’est imposée au Royaume-Uni. Une équipe de Découverte a documenté son usage sur le terrain.

Image de la journaliste sur l'écran d'un ordinateur.

La reconnaissance 3D, testée dans un laboratoire de Bristol.

Photo : Radio-Canada

Dominique Forget

Le Gordon’s Wine Bar s’affiche comme le plus vieux bar à vin de Londres. Les murs sombres sont couverts de photographies anciennes et de vieilles coupures de journaux. Des tonneaux en bois complètent la déco.

Le bar est aussi équipé de la toute dernière technologie. Dissimulée au plafond, une petite caméra capte le visage des clients qui entrent dans l’établissement.

Lorsque le système reconnaît une « personne indésirable », le gérant reçoit une alerte sur son téléphone cellulaire.

Il faut prendre des mesures pour contrer le crime nous-mêmes, explique Nick Fisher, PDG de la compagnie Facewatch, derrière le système de surveillance électronique.

Les policiers n’ont plus les ressources pour arrêter les petits délinquants. Ils sont accaparés par les crimes plus graves.

Nick Fisher, PDG de la compagnie Facewatch

Se sentir traqué

Une caméra de surveillance.

Dans les rues de Londres, les caméras de surveillance sont omniprésentes.

Photo : Radio-Canada

L’avis de Nick Fisher est visiblement partagé par d'autres. À Londres, les caméras de surveillance sont partout. À l’entrée des commerces, mais aussi dans la rue, dans les autobus ou dans le métro.

De plus en plus souvent, ces caméras sont couplées à des systèmes de reconnaissance faciale.

Un logiciel analyse, en temps réel, les visages filmés par la caméra. Il mesure la distance entre les yeux, la forme de la bouche ou du menton. Il les compare à des dizaines, voire des centaines, de visages fichés dans une base de données.

Dans le cas de Facewatch, par exemple, la base de données est bâtie par les usagers.

N’importe quel client peut y ajouter un visage. Une fois fichée, la « personne indésirable » sera repérée par tous les commerces équipés du système.

Un outil qui séduit des corps policiers

Parmi ses adeptes au Royaume-Uni, la reconnaissance faciale compte aussi deux corps de police : celui de Londres et celui du pays de Galles du Sud.

Une camionnette de la police avec des caméras sur le toit.

La South Wales Police utilise des camionnettes équipées de caméras pour traquer les criminels.

Photo : Radio-Canada

À Cardiff, capitale du pays de Galles du Sud, quatre camionnettes de la police circulent dans la ville, depuis 2017, équipées d’une caméra sur la toiture. On filme les passants, à la recherche de malfaiteurs.

La base de données comprend des voleurs, des personnes qui posent un risque de violence ou des gens contre lesquels la police a lancé un mandat d’arrestation, explique Martin Innes, directeur de l’Institut de recherche sur le crime et la sécurité, à l’Université de Cardiff.

Pendant dix mois, son équipe a accompagné les policiers sur la route, pour documenter leur utilisation de la reconnaissance faciale.

Lorsque le système identifie un suspect, l’opérateur qui se trouve dans la camionnette reçoit une alerte. Il compare l’image captée par la caméra à la photo qui se trouve dans la base de données. Il s’assure qu’il s’agit bien de la même personne.

Si c’est un criminel activement recherché, il transmet l’information à un policier sur le terrain, qui pourra aller le rencontrer et éventuellement l’arrêter.

Martin Innes

Quid de la vie privée?

Pendant que la technologie de reconnaissance faciale se déploie à grande vitesse au Royaume-Uni, moult objections et questionnements éthiques suivent dans son sillage.

Ed Bridges.

Ed Bridges a intenté une poursuite contre la South Wales Police pour atteinte à la vie privée.

Photo : Radio-Canada

Ed Bridges, un simple citoyen sans casier judiciaire, a intenté un procès contre la police du pays de Galles du Sud, pour atteinte à la vie privée.

Je suis sorti du bureau sur l’heure du lunch un peu avant Noël, en 2017 pour prendre un sandwich. La camionnette de la police était juste ici, raconte cet habitant de Cardiff, en pointant une rue commerçante.

Au moment où je me suis trouvé assez proche pour lire les mots ''reconnaissance faciale'', on avait déjà pris ma photo.

Ed Bridges

Ed Bridges a été filmé une deuxième fois, lors d’une manifestation pacifique contre les armes à feu. J’ai eu le sentiment qu’on voulait intimider les gens; les décourager de participer à une manifestation parfaitement légale, dénonce-t-il.

Liberty, une ONG britannique de défense des droits et libertés, a choisi de représenter Ed Bridges devant la cour.

Cette technologie enfreint nos libertés d'expression et d'association, car tout à coup, dans nos rues, nous sommes surveillés, s’insurge l’avocate Hannah Couchman, qui fait partie de l’équipe juridique d’Ed Bridges.

On pourrait bientôt ne plus se sentir libre d’aller et venir où on veut, avec qui on veut, ou de défendre nos convictions.

Hannah Couchman

Erreur sur la personne

Hannah Couchman s’inquiète des erreurs commises par les systèmes de reconnaissance faciale.

Les logiciels qui servent à identifier des suspects doivent travailler à partir d’images d’individus captées sous différents angles, souvent de biais. Les conditions de lumière ne sont pas toujours optimales. Le taux de succès est loin d’être parfait.

Au cours des opérations policières observées par l’équipe de Martin Innes, 50 % des signalements générés par le système étaient de fausses alertes.

Hannah Couchman

L'avocate Hannah Couchman, de l'ONG britannique de défense des droits et libertés Liberty.

Photo : Radio-Canada

Les fausses alertes posent des risques sérieux, dénonce Hannah Couchman. Quelqu'un qui n'est même pas recherché par la police peut se faire arrêter pendant qu'il vaque à ses occupations quotidiennes. Il peut avoir à montrer une pièce d’identité ; il peut même être fouillé.

C’est à lui de prouver qu’il n’est pas cette personne qui est recherchée.

L'avocate Hannah Couchman

Des études antérieures ont montré que les systèmes de reconnaissance faciale font plus d’erreurs lorsqu’il s’agit d’identifier des femmes ou des personnes à la peau foncée. C’est parce que les logiciels sont entraînés sur des données où figurent principalement des visages d’hommes blancs.

L’avocate s’inquiète aussi du modèle de Facewatch, qui évolue dans la sphère privée et où n’importe quel usager peut ficher une personne qu’il juge indésirable.

C’est le type de technologie qu’on retrouve dans les pays totalitaires, affirme-t-elle. Ça n’a pas sa place ici.

En septembre 2019, Ed Bridges a perdu sa cause contre la police du pays de Galles du Sud. Le tribunal de première instance a déclaré que le recours à la reconnaissance faciale était légal. Ed Bridges a porté la cause en appel.

L'avenir est dans le 3D

Lyndon Smith discute avec la journaliste Dominique Forget.

Lyndon Smith, spécialiste en vision artificielle, a mis au point un système de reconnaissance faciale 3D.

Photo : Radio-Canada

Dans un futur proche, les systèmes de reconnaissance faciale pourraient devenir beaucoup plus performants grâce aux recherches de Lyndon Smith.

Ce spécialiste en vision artificielle travaille dans l’un des plus grands centres de robotique d’Europe, à la University of the West of England, Bristol.

Il a mis au point un système de reconnaissance faciale 3D. Actuellement, les logiciels de reconnaissance faciale récupèrent les données sur un visage en deux dimensions, explique-t-il. On peut les tromper assez facilement en plaçant la photo de quelqu’un d’autre devant son visage.

Le système de Lyndon Smith est équipé de deux émetteurs qui bombardent chaque visage de rayons invisibles, proches de l’infrarouge. Ces rayons rebondissent sur la peau, puis sont détectés par une caméra. Le système arrive ainsi à calculer le relief du visage, en trois dimensions.

On peut repérer des grains de beauté ou des marques sur la peau. Notre technologie fonctionne même si la personne ne regarde pas la caméra… Même dans une foule, quand un visage est caché en partie par un autre.

Lyndon Smith, spécialiste en vision artificielle

Lyndon Smith travaille en collaboration avec une société privée pour installer son système aux entrées du métro de Londres. Les usagers n’auraient plus besoin de carte à puce. Les caméras reconnaîtraient leur visage et leur compte serait automatiquement débité.

Votre visage est votre passeport, votre mot de passe, résume Lyndon Smith

Le reportage de Dominique Forget et Geneviève Turcotte sera diffusé à l'émission Découverte, sur ICI TÉLÉ dimanche à 18 h 30.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Innovation technologique

Techno