•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Îles-de-la-Madeleine toujours vulnérables, un an après la tempête du 29 novembre 2018

Les câbles sous-marins à l'Étang du Nord aux Îles-de-la-Madeleine (archives)

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Radio-Canada

Le 29 novembre 2018, une tempête sectionnait et endommageait les deux câbles sous-marins qui servent aux télécommunications aux Îles, privant les Madelinots de leur seul lien de communication avec le reste du monde durant plusieurs heures. Un an plus tard, ils ne sont toujours pas à l'abri d'une autre panne majeure.

Québec n'a toujours pas annoncé de mesures concrètes pour éviter d'autres pannes de téléphonie cellulaire ou d’Internet, alors que les élus locaux s'impatientent.

Sous la force des secousses de la mer, l'un des câbles de télécommunication sous-marins se sectionnait alors que l'autre tombait en panne. Pendant plusieurs heures, les Madelinots sont demeurés coupés du reste du monde sans téléphonie cellulaire ni accès à Internet.

Des pylônes de lignes électriques sont penchés ou couchés sur le sol dans un paysage enneigé.

Des vents violents ont soufflé sur les Îles-de-la-Madeleine le 29 novembre 2018.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Un an plus tard, la Madelinienne Marie-Claude Vigneault revient sur les événements. On se rend compte aussi qu'on est petits face à la nature et que c'est certain qu'il faut agir, nous au quotidien, mais aussi à plus grande échelle, parce qu'on le voit, les tempêtes sont de plus en plus fortes et [arrivent] de plus en plus tôt en saison, constate-t-elle.

Aucune action n’a été prise

Si une autre tempête frappait avec autant de violence, les Madelinots pourraient vivre le même problème, dénonce le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau.

Quand on regarde les actions, aucune n’a été prise. On est toujours au même point que l'année dernière, déplore-t-il. Rien n’a été annoncé, on n’a eu aucune analyse de l'état des câbles.

On est toujours dans une situation aussi vulnérable et précaire qu'on l'était il y a un an.

Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine
Les câbles sous-marins qui relient l'archipel au continent.

Les câbles sous-marins qui relient l'archipel au continent.

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Aucune analyse n’a été déposée sur le bureau du maire

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, dit n'avoir aucune idée de l'état actuel des deux câbles sous-marins.

Le gouvernement du Québec mentionne que lui, il a été rassuré par Bell Canada, mais il n'y a aucune étude, aucune analyse qui a été déposée sur mon bureau ou à la mairie, dit-il.

Il nous a été impossible d'obtenir une entrevue avec le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon. Par contre, le maire des Îles l'a rencontré au début de novembre à Québec.

Selon lui, le gouvernement Legault doit annoncer une solution permanente d'ici Noël, mais tout indique qu'il n'investira pas les 10 millions de dollars nécessaires pour mettre à niveau les deux câbles.

Le micro-ondes, une technologie dépassée?

L'antenne satellite déployée par Telebec (Bell Canada) au lendemain de la panne de télécommunications aux Îles-de-la-Madeleine.

L'antenne satellite déployée par Telebec (Bell Canada) au lendemain de la panne de télécommunications aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada

C'est plutôt un lien micro-ondes qui serait envisagé pour venir en renfort en cas de panne majeure.

Mais à ce moment-là, prévient Jonathan Lapierre, il faudra bien comprendre que le gouvernement, qui aura fait son nid suite à une annonce d'installer un lien micro-ondes, devra en assumer la responsabilité et déployer un autre plan de relève le plus vite possible.

C’est loin d’être la solution pour Joël Arseneau. Le problème avec un service micro-ondes, c'est qu'on s'en est départis en 2004 parce que c'était une technologie qui était du passé, rappelle-t-il.

C'était un système qui ne permettait pas de communiquer adéquatement avec l'ensemble de la téléphonie cellulaire, l'ensemble des télécommunications, ajoute-t-il.

Et au-delà de la vulnérabilité des deux câbles sous-marins, la tempête dévastatrice d'il y a un an n'a fait qu'accélérer l'érosion des Îles-de-la-Madeleine, un archipel fragile, déjà concrètement menacé par les changements climatiques.

D’après le reportage de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Télécommunications