•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LVL Global investit 6 M $ pour une nouvelle technologie de biomasse

Un entrepôt de planches de bois.

Les planches de LVL. D’ici moins d’un an, 100% des rejets de production de l’usine de Ville-Marie seront récupérés, comme l’écorce, la sciure et la poussière.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

LVL Global investit 6 millions de dollars dans un bouilloire de biomasse pour hausser sa production et réduire son empreinte écologique.

La chaudière de biomasse permettra à l’usine de fabrication de placage de bois lamellés d’augmenter sa production de 15 % et de réduire son empreinte écologique.

Un plan vu de haut de la salle où sera installée la chaudière à vapeur, la réserve de biomasse, le système de nettoyage des gaz, la salle de contrôle et le réservoir de vidange.

Le plan pour le projet de la bouilloire de biomasse, prévu en 2020.

Photo : Gracieuseté : LVL Global

D’ici moins d’un an, 100 % des rejets de production de l’usine de Ville-Marie seront récupérés, comme l’écorce, la sciure et la poussière grâce au procédé de biomasse forestière.

Biomasse forestière : 

Un procédé qui permet de brûler les rejets en créant une énergie à vapeur pour alimenter différents équipements dans l’usine.

Réduire l'empreinte écologique

Les dirigeants de l’usine espèrent diminuer de 79 % les émissions de gaz à effet de serre grâce aux nouvelles technologies intégrées dans la chaudière.

L'équipement présentement installé dans la cour arrière de l’usine date de plusieurs dizaines d’années et rencontre à peine les normes environnementales imposées par le gouvernement.

Si jamais demain il arrivait un bris majeur, on serait dans des problèmes très sérieux, car on devrait arrêter les opérations, explique le président de LVL Global, Claude Gagnon. Tant qu’à investir, il faut s’assurer d’avoir les éléments pour être capable de continuer à opérer.

Rester compétitif

Une usine avec des cheminées et des bâtiments en tôle,

L'ancienne cheminée, à gauche, sera éventuellement démantelée pour être remplacée par une bouilloire plus performante.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

La nouvelle chaudière augmentera la productivité de l’usine et créera de nouveaux emplois.

On va être à 7 jours par semaine, 24 heures sur 24 au lieu de 6 jours par semaine, ce qui va nous permettre d’aller chercher plus de 6 emplois supplémentaires, indique le directeur financier et administratif chez LVL Global, Étienne Ricard.

LVL Global souhaite demeurer compétitive dans un grand marché où elle n’est encore qu’un petit acteur dans l'industrie, qui se démarque toutefois par ses produits spécialisés.

En moins de 10 ans, l’usine aura investi plus de 12 millions de dollars pour l’achat d’équipements modernes.

L’installation de la structure, qui sera pour le moins imposante avec ses 36 pieds de hauteur, devrait commencer en avril pour que celle-ci soit opérationnelle en octobre 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Énergies renouvelables