•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Vendredi fou à l’ère d’une prise de conscience climatique

Des passants devant une vitrine de magasin où sont affichées des soldes.

Les soldes du Vendredi fou marquent le début de la saison des achats du temps des Fêtes pour les commerçants.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Mugoli Samba

La ruée vers les aubaines est lancée : des milliers de Canadiens prendront part à la frénésie du Vendredi fou cette année. À l’ère d’une prise de conscience environnementale populaire, certains remettent toutefois cette fête commerciale en question.

C’est un peu la fête de la surconsommation, déclare Marie Lacrampe, une mère de famille de Burnaby, en Colombie-Britannique, qui s’abstient de se rendre en magasin lors du Vendredi fou.

La jeune femme est assise sur un canapé la main touchant son menton.

Marie Lacrampe refuse la culture de la surconsommation, notamment en ne prenant pas part au Vendredi fou.

Photo : Radio-Canada

On va appeler le consommateur à consommer plus que ce dont il a vraiment besoin pour finalement remplir les caisses des magasins.

C’est pour cela que sa famille et elle vivront la journée comme d’habitude : pas d’achats compulsifs, et des messages sur les réseaux sociaux pour inciter leurs proches à considérer une solution de rechange.

Souvent, les gens vont se ruer sur ces offres-là pour les cadeaux de Noël, dit-elle. L’idée, c’est de dire qu'il y a d’autres possibilités pour Noël que d’offrir des objets [...] qui vont devenir un déchet bien plus vite qu’avant.

Vendredi fou, synonyme de pollution?

Au Canada, cette journée aux origines américaines surpasse aujourd’hui les fameux soldes de l'après-Noël.

Selon un rapport du Conseil canadien du commerce de détail (CCCD), 43 % des consommateurs sondés comptent se rendre dans les magasins ce Vendredi fou, alors que seuls 34 % ont l’intention de le faire au lendemain de Noël.

Des consommateurs déambulent dans les rues de Liverpool, en Angleterre.

Des consommateurs déambulent dans les rues de Liverpool, en Angleterre, pour profiter des soldes de l'après-Noël.

Photo : Getty Images / Peter Byrne

Les journées de grandes aubaines restent elles-mêmes de grandes émettrices de pollution. Selon l'entreprise Staveley Head (Nouvelle fenêtre), un camion quittait un entrepôt d’Amazon au Royaume-Uni toutes les 1,33 minute lors des moments occupés du temps des Fêtes 2017, dont le week-end du Vendredi fou.

Un camion de Purolator stationné dans une rue.

Près de 6000 camions de Purolator prendront la route lors du week-end du Vendredi fou au Cyberlundi.

Photo : iStock

Près de la moitié des Canadiens qui prendront part au Vendredi fou le feront en magasinant en ligne, d’après le CCCD. Le livreur Purolator s’attend à traiter plus de 5 millions de colis durant la semaine du Cyberlundi et plus de 35 millions de colis durant la période des Fêtes, déclarent-ils dans un communiqué. Cette livraison sous-entend véhicules, carburant et CO2.

Pour éviter de prendre part à ce cycle de déchets, Marie Lacrampe choisit plutôt d’offrir des expériences à sa famille.

Ne pas acheter un bien matériel, ça peut être, par exemple, d'offrir une expérience. Ça peut être des billets pour un spectacle, faire de l'escalade ensemble ou aller au spa. Faire quelque chose, mais qui ne va pas générer un objet supplémentaire.

Plusieurs petite boites multicolores et numérotées sont posées en pyramide devant la fenêtre.

Le temps des Fêtes peut-être célébré de plusieurs façons. Les enfants de Marie Lacrampe ont confectionné un calendrier de l’avent fait maison.

Photo : Radio-Canada

Outre la production de déchets, Marie Lacrampe s’abstient également de surconsommer pour des raisons éthiques, expliquant que des vêtements de 10 $ pourraient coûter la vie à des ouvriers à travers le monde, payés des salaires minimes.

Des habitudes difficiles à changer

Pour sa part, Jean Roy, le cofondateur de l’Observatoire de la consommation responsable de l’Université de Sherbrooke, croit que l’habitude du Vendredi fou et d’autres fêtes commerciales seront difficiles à défaire, et ce, même à l’ère d’une prise de conscience climatique.

Le Canada et l’Amérique du Nord sont fondamentalement des sociétés de consommation, explique-t-il.

La société de consommation a le défaut de parfois amener une surconsommation. La période des Fêtes est vraiment la période de réjouissance et de plaisir, dit-il.

Il y a une pression sociale qui amène les consommateurs à continuer d'offrir des cadeaux.

Jean Roy, cofondateur de l'Observatoire de la consommation responsable de l’Université de Sherbrooke

Cette équation de la joie et de la dépense se mêle à des besoins plus réels. Alors qu’une famille canadienne moyenne tente de faire vivre les siens avec un revenu d’environ 50 000 $, plusieurs veulent « maximiser leur pouvoir d’achat... pour en avoir plus pour leur argent », ajoute-t-il.

Un petit garçon est penché sur un cahier avec un crayon à la main devant ses parents et son frère assis derrière lui sur un canapé.

Le temps des Fêtes peut être célébré de plusieurs façons. Les enfants de Marie Lacrampe ont confectionné un calendrier de l’avent fait maison.

Photo : Radio-Canada

Qu'elle se dise victime ou non d’un système poussant les individus à la consommation, Marie Lacrampe demeure tout de même optimiste.

Je pense que c’est vraiment quelque chose qui peut se passer avec la prise de conscience des consommateurs , dit-elle. Elle songe notamment à la France, son pays natal, où certains élus veulent interdire le Vendredi fou.

Au Canada, les changements se font aussi remarquer. Des villes comme Vancouver interdisent l’utilisation de sacs et de pailles en plastique dans leurs commerces. Au Québec, des commerçants ont déjà entamé le pas vers un vendredi vert (Nouvelle fenêtre).

Une foule de personnes munies de pancartes écoute le discours des organisateurs de la marche.

Selon le Service de police de Vancouver, plus de 100 000 personnes ont pris part à la marche pour le climat du 27 septembre 2019 à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Bélanger

Jean Roy note que les comportements de la société changent peu à peu, mais selon lui, une révolution où l'on verrait un abandon de fêtes de surconsommation telles que le Vendredi fou en 5 ans est très improbable.

Ça va se passer progressivement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Changements climatiques