•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Churchill revit près d'un an après le retour du premier train de passagers

Une locomotive, vue de face, sur les rails enneigés. Sur le côté, un passant prend une photo du train.

Le premier train de passagers de VIA Rail arrivant à Churchill, début décembre 2018, après un an et demi d'interruption du service ferroviaire.

Photo : Gracieuseté Mike Spence, maire de Churchill

Abdoulaye Cissoko

Le retour du premier train de voyageurs à Churchill l'an dernier a redonné vie à ce village du nord du Manitoba. Pour ses habitants, il est de nouveau plus facile de voyager et le tourisme local connaît un regain. Toutefois, tout n'est pas rose.

Le 4 décembre dernier, le premier train de passagers entrait en gare à Churchill sous les applaudissements des représentants des autorités locales et des habitants.

Un chemin de fer est à demi immergé dans l'eau, qui entoure la voie.

Les inondations du printemps 2017 ont causé des dommages importants au chemin de fer.

Photo : OmniTRAX

La liaison ferroviaire vers cette petite ville du nord avait été interrompue après que des inondations printanières eurent endommagé une bonne partie des rails, un an et demi plus tôt.

Le train de passagers, le seul moyen de transport terrestre que les voyageurs peuvent emprunter pour se rendre à Churchill, avait repris du service moins de trois mois seulement après le train de marchandises. Depuis, Churchill est en train de revivre ses heures de gloire.

Juliette Lee, une retraitée qui vit à Churchill, l'a remarqué. Elle dit que les gens se sont remis à voyager vers des communautés environnantes.

D'après le maire de Churchill, Mike Spence, la saison touristique a été excellente cette année.

D'après le maire de Churchill, Mike Spence, la saison touristique a été excellente cette année.

Photo : The Canadian Press / JOHN WOODS

« Ils prennent le train pour aller visiter leurs familles à Thompson, à Gillam, et aussi pour magasiner à Thomspon. Il y en a qui font le voyage assez régulièrement », dit-elle.

Joseph Michel Boudreau fait le même constat. « On peut voyager plus facilement. Il y a beaucoup de personnes qui ne peuvent pas prendre l'avion. Je suis, moi-même, à la retraite. J'ai relativement une bonne pension, mais je ne peux pas me permettre de payer 2000 $ pour me rendre à Winnipeg par avion », indique-t-il.

Il affirme que, grâce au train, il a pu, par exemple, retourner chez lui, au Nouveau-Brunswick, en juin dernier.

Sur le plan touristique, le retour du train de voyageurs a aussi un impact positif, selon le maire du village, Mike Spence.

Le maire de Churchill Mike Spence.

Le maire de Churchill, Mike Spence.

Photo : CBC

Ce dernier souligne que le nombre de touristes dans la région continue de croître et que la saison a été excellente.

Mike Spence dit que les visiteurs sont venus de tout le Manitoba, mais aussi du Canada et de l'étranger. Autre signe positif, selon le maire, des commerces se sont créés dans le village.

Tout n'est pas parfait

L'interruption du service ferroviaire avait occasionné une flambée des prix des denrées alimentaires et d'autres biens de première nécessité. Le prix du bidon de lait de 4 litres, par exemple, avait atteint 12 $.

Cette situation s'expliquait par le fait que les marchandises ne pouvaient être acheminées vers Churchill que par avion. De plus, le principal port avait cessé ses activités, en 2016.

Après la réparation de la voie ferrée, Churchill a accueilli son premier train de marchandises le 31 octobre 2018, puis le port a repris du service depuis.

Le port de Churchill.

Le port de Churchill

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Toutefois, malgré ce retour à la normale, le coût de la vie demeure élevé de l'avis des habitants. « Les prix des produits au magasin n'ont pas changé. Par exemple, une boîte de lait évaporé coûte 2,99 $. Le fromage est cher aussi. Tout est cher », déplore Juliette Lee.

Joseph Michel Boudreau affirme qu'après le retour du train le prix du bidon de lait de 4 litres était redescendu à 5 $ et quelques cents. Toutefois, le prix est remonté pour atteindre actuellement près de 10 $.

« Même si le train a repris, le coût de la vie est encore élevé », fait-il remarquer. Mike Spence note que les autorités locales continuent de travailler afin de trouver une solution à cette flambée des prix.

Les ours polaires attirent de nombreux touristes chaque année à Churchill, dans le nord du Manitoba.

Churchill est connue comme la capitale mondiale des ours polaires.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Selon lui, il y a des commerces qui commencent à s'implanter dans le village, mais il faut plus de concurrence pour mettre un terme à cette situation. C'est un travail de longue haleine, précise le maire. En dépit de tous les défis, il ne cache pas sa joie de voir sa petite ville renaître.

Le maire se réjouit à la fois de la reprise du train de voyageurs et de la réouverture du port local. D'après lui, pas moins de sept navires ont accosté au port de Churchill.

Mike Spence se dit également ravi de voir que des gens des autres communautés s'intéressent de nouveau au village. Il rappelle que Churchill est l'une des meilleures destinations touristiques au monde.

« Cela nous rend enthousiastes. Certes, il y a beaucoup à faire pour promouvoir davantage la région, mais l'avenir est radieux », conclut le maire de Churchill.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Économie