•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blanchet et Puigdemont évoquent une association entre nations non souveraines

Plan rapproché de M. Blanchet.

Yves-François Blanchet a qualifié Carles Puigdemont d'« optimiste » et de « pacifique ».

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Bernard Barbeau

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, et l'ex-président de la Catalogne, Carles Puigdemont, ont discuté en Belgique d'une éventuelle « collaboration soutenue » entre les diverses nations du monde qui n'ont pas de pays qui leur est propre.

Les deux hommes se sont rencontrés pendant environ une heure et demie, mardi, à la Casa de la República Catalana, à Waterloo, en Belgique. C’est dans ce pays qu'est exilé depuis deux ans M. Puigdemont, accusé de sédition et de détournement de fonds publics par la justice espagnole.

En entrevue à Radio-Canada mercredi, M. Blanchet a indiqué qu'ils ont parlé d'une association ou de relations plus soutenues entre des nations qui ne sont pas des pays, comme la Catalogne, comme le Québec, comme l’Écosse, mais aussi comme le Kurdistan ou, à la limite, le Xinjiang – les Ouïgours – ou le Tibet.

Ces gens-là devraient pouvoir collaborer davantage et avoir un poids international plus important pour le respect des droits des uns et des autres, a-t-il estimé.

Il y a des mouvements souverainistes forts, démocratiques, pacifiques, qui s’expriment et qui peuvent exercer un grand leadership [à l'échelle internationale].

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Yves-François Blanchet a salué l'optimisme qui lui a semblé habiter M. Puigdemont.

Les événements récents en Catalogne et la répression quand même assez violente laissent dans la tête de l’observateur québécois une impression assez sombre, a-t-il convenu.

Or, l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne a évoqué récemment la possibilité que soient assermentés au Parlement européen des élus catalans souverainistes présentement détenus ou en exil. Ceux-ci bénéficieraient alors de l'immunité parlementaire et devraient donc retrouver leur liberté.

Même si je pense que c’est sa nature profonde, [cette éventualité] rend M. Puigdemont très optimiste, presque lumineux, dans sa manière de parler des événements, a noté M. Blanchet. On dirait que ça en prend beaucoup pour l’abattre.

La lutte de Carles Puigdemont pour sa liberté, mais surtout celle du peuple catalan de choisir son propre avenir, est exemplaire : optimiste, pacifique et articulée sur la culture, a d'ailleurs écrit M. Blanchet sur Twitter dans la nuit de mercredi. Il s’est dit honoré de cette seconde rencontre et porteur de l’appui de beaucoup de Québécois.

Juste avant, M. Puigdemont avait lui aussi affirmé sur Twitter – en français d'abord, puis en catalan – être très honoré de recevoir le leader bloquiste, ajoutant l’avoir remercié pour le soutien et l'amitié que la Catalogne reçoit de la part du Québec.

C'était la deuxième fois que les deux hommes étaient réunis, a indiqué M. Blanchet, notant que leurs rencontres ont chaque fois duré plus longtemps que prévu.

Yves-François Blanchet avait annoncé, au cours de la campagne électorale fédérale, qu’il comptait se rendre en Europe, après l’élection, pour rencontrer M. Puigdemont.

Ce dernier a fait l'objet de plusieurs mandats d'arrêt internationaux pour avoir tenu le 1er octobre 2017 un référendum sur l’autodétermination catalane, un exercice considéré comme illégal par le gouvernement espagnol. Les Catalans ont dit oui à l'indépendance dans une proportion de 90 %, mais ce résultat n’a pas été reconnu par Madrid.

Une audience en Belgique doit avoir lieu à la mi-décembre pour étudier le plus récent de ces mandats d’arrestation.

Persona non grata au Canada

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada a refusé l'entrée au pays à l’indépendantiste catalan à la fin octobre, une décision que celui-ci conteste en Cour fédérale.

Le Bloc québécois a plusieurs fois demandé à Ottawa de reconsidérer sa décision, mais sans succès jusqu'ici.

J’invite de nouveau le premier ministre Trudeau à simplement s’assurer que M. Puigdemont puisse venir passer quelques jours au Québec, faire des conférences, discuter, rencontrer les gens, rencontrer les médias. Après ça, il va retourner en Europe, a déclaré Yves-François Blanchet mercredi.

Le Bloc québécois a signalé dans un communiqué que l’arrestation et ultimement la condamnation et l’exil ou l’emprisonnement d’élus catalans vont à l’encontre des droits humains et des principes fondateurs des démocraties occidentales.

Cette approche gagne lentement du terrain en Europe et en Amérique, avec la complicité tacite du premier ministre canadien Justin Trudeau, est-il ajouté.

L’Espagne s’est comportée d’une façon inacceptable. Et ceux qui cautionnent le comportement de l’Espagne – ce n’est pas rien d’emprisonner des gens pour leurs opinions politiques – doivent être sanctionnés et dénoncés. Et M. Trudeau fait partie de ces gens-là. [...] M. Trudeau se plie aux ordres de l'Espagne.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Ce n’est pas admissible qu'on ne fasse pas ce qu’il faut pour faire respecter les libertés et la démocratie dans ce cas-ci, a-t-il insisté.

Le ministère fédéral n'a pas souhaité donner de nouveaux détails sur sa décision, mercredi.

Les raisons pour lesquelles une personne peut être jugée interdite de territoire comprennent la criminalité, un grave problème de santé, le fait d'avoir menti dans sa demande ou pendant une entrevue, a indiqué dans un courriel Mathieu Genest, du bureau du ministre de l'Immigration. Comme cette demande est devant les tribunaux, il serait inapproprié de commenter davantage.

Dans les heures qui ont suivi l'annonce du refus initial d'Immigration Canada, l’Assemblée nationale, à Québec, a adopté à l’unanimité une motion soulignant l’inquiétude de ses membres au sujet des peines très sévères que la justice espagnole a infligées à une dizaine d’élus qui ont participé l’organisation du référendum.

Le premier ministre François Legault s’est alors dit perplexe devant la décision du ministère fédéral de l’Immigration.

Il n'est pas dans l'habitude du Québec de s'ingérer dans les affaires politiques internes des autres nations, a déclaré à ce moment le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans un communiqué. Cependant, le gouvernement du Québec ne peut rester indifférent devant l'ampleur des lourdes peines infligées à des politiciens catalans élus démocratiquement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique