•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancien premier ministre de la Nouvelle-Écosse Gerald Regan est mort

Gerald Regan sortant d'un tribunal.

M. Regan a dirigé la Nouvelle-Écosse de 1970 à 1978.

Photo : La Presse canadienne / FRED CHARTRAND

Radio-Canada

L'ancien premier ministre libéral de la Nouvelle-Écosse, Gerald Regan, est décédé. Il a dirigé la province de 1970 à 1978. Il avait 91 ans.

Avocat de formation, il a été élu député au fédéral en 1963. Deux ans plus tard, il devenait chef du Parti libéral de la Nouvelle-Écosse et chef de l'opposition.

Son parti a formé un gouvernement minoritaire après les élections générales de 1970. Le premier mandat de ce gouvernement a notamment été marqué par la nationalisation de la compagnie provinciale d'électricité, dans le but de maintenir les tarifs à un niveau bas.

Lors de la défaite de son gouvernement après deux mandats, M. Regan est retourné sur la scène fédérale où il a servi dans le gouvernement de Pierre Trudeau, notamment comme ministre du Travail, ministre du Commerce international et ministre de l'Énergie, des Mines et des Ressources.

Gerald Regan debout, à la Chambre des communes

Gerald Regan a occupé plusieurs portefeuilles dans le gouvernement Trudeau au début des années 1980.

Photo : CBC

Il est retourné à la pratique du droit après la défaite du gouvernement Trudeau en 1984.

Un procès pour crimes sexuels

Son nom est toutefois revenu dans l'actualité en 1993, lorsque la Gendarmerie royale du Canada a fait savoir qu'elle enquêtait sur des allégations d'agressions sexuelles contre l'ancien premier ministre. Les crimes qu'on lui reprochait remontaient aux années 1950 et 1960.

Gerald Regan sort du tribunal avec son avocat.

Gerald Regan accompagné de l'avocat criminaliste Edward Greenspan lors d'une comparution en cour où il devait répondre de crimes sexuels allégués.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Une douzaine d'accusations ont été déposées contre lui en 1995 et M. Regan a subi un procès en 1998 pour huit de ces accusations. Un jury a fini par le blanchir.

D'autres accusations ont cheminé jusque devant la Cour suprême du Canada, mais ont été abandonnées à ce stade. Le Bureau des poursuites publiques de la Nouvelle-Écosse a décidé de ne pas procéder, en 2002, à cause de la réticence de certains témoins, de la probabilité incertaine d'obtenir une condamnation ainsi que des nombreuses années écoulées depuis les crimes allégués.

La « grande satisfaction » que procure le service public

Lors d'une entrevue à CBC en 1980, Gerald Regan avait exprimé sa « joie » d'avoir pu servir ses concitoyens, le plaisir qu'il y a à être engagé dans des projets excitants et la grande satisfaction que l'on ressent en accomplissant des choses.

Il se disait fier d'avoir dirigé des gouvernements, en Nouvelle-Écosse, qui avaient favorisé l'expansion des compagnies Michelin et Northern Telecom ainsi que le développement de l'industrie agricole.

M. Regan était père de six enfants, dont Geoff Regan, président sortant de la Chambre des communes. Sa bru Kelly Regan est ministre des Services communautaires en Nouvelle-Écosse.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, a exprimé ses condoléances dans un communiqué. Gerald Regan croyait au potentiel de la Nouvelle-Écosse, il avait une vision pour notre prospérité future. Il a gouverné en mettant en avant des valeurs libérales : l'investissement dans les gens, la création des conditions favorables au développement économique et la responsabilité financière.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale