•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Itinérance dans le Grand Moncton : la communauté se mobilise

Sur une scène, plusieurs personnes présentent un gros chèque.

Plus de 2500 dollars ont été récoltés au profit des sans-abris du Grand Moncton.

Photo : Radio-Canada / Pascale Savoie-Brideau

Pascale Savoie-Brideau

Plus de 120 résidents du Grand Moncton se sont réunis mardi soir au Centre des arts et de la culture de Dieppe pour parler d'itinérance, un problème qui inquiète de plus en plus la communauté.

« Parlons de l'itinérance », un événement-bénéfice sous forme de dialogue entre des intervenants et la communauté, a aussi permis aux organisateurs d'amasser plus de 2500 $.

Des élèves d'une classe de sixième année de l'École Le Sommet ont ouvert le bal.

Bonjour, je m'appelle Laurent. Ma question, c’est : existe-t-il un soutien psychologique ponctuel et d'urgence offert aux itinérants ?

Laurent, élève de la sixième année de l'École Le Sommet

Des services de santé mentale sont offerts dans les hôpitaux, certes, mais il n'y a pas assez de support en place, malheureusement, a répondu la coordonnatrice du développement communautaire pour le Comité directeur des sans-abris du Grand Moncton (CDSAGM), Lisa Ryan.

Selon la liste actuelle du CDSAGM, 115 personnes vivent dans les rues du Grand Moncton. Ce nombre ne comprend pas les femmes et les enfants qui logent chez des proches ou chez des amis ni les gens qui sont dans les refuges.

Des objets

115 personnes vivent dans les rues du Grand Moncton, selon les données d'un comité sur l'itinérance.

Photo : Radio-Canada / Pascale Savoie-Brideau

Nous connaissons les noms de tous ces gens. Personne ne sera laissé derrière. Nous n'oublierons personne. Les gens qui dorment dehors sont sur une liste et nous voulons trouver une place où ils peuvent dormir.

Johanne Murray, directrice générale de la Société John Howard du sud-est du Nouveau-Brunswick

Démystifier l'itinérance dans le Grand Moncton

Lisa Ryan a profité de sa tribune pour débusquer certains mythes sur le sujet.

Selon elle, l'un des plus grands mythes consiste à croire que la majorité des itinérants à Moncton viennent de l’extérieur de la région.

Nous vous confirmons que les gens que nous voyons dans nos rues viennent bel et bien de notre communauté. Ils sont nés ici. La majorité des gens viennent de Moncton, Riverview, Dieppe, Shediac et Salisbury a-t-elle dit. Ils ont des besoins complexes qui n'ont pas été comblés dès le bas âge et ils ont besoin de notre aide. Notre système social les a laissés tomber. Nous devons prôner le changement.

Dans le Grand Moncton, 37 % des cas d’itinérance découlent de situations familiales comportant de la violence. Rappelons que 267 femmes et 167 enfants victimes de violence familiale ont été accueillis en 2018 à la maison de transition de Moncton.

La pauvreté est un autre facteur explicatif : quelque 31 440 enfants au Nouveau-Brunswick vivent sous le seuil de la pauvreté. Ils grandissent en majorité au sein de familles monoparentales.

Un homme présente un porte-feuille vide.

31 440 enfants au Nouveau-Brunswick vivent sous le seuil de la pauvreté (archives).

Photo : Radio-Canada

La pauvreté mène souvent à l'itinérance. L'itinérance n'est pas un choix. Il est important d'enlever cette notion de notre esprit, a lancé Mme Ryan sous les applaudissements de la foule.

Plus de 2500 $ amassés lors de l'événement

L'École Le Sommet collecte des fonds depuis le début de l'année scolaire pour appuyer différentes causes sociales dans la communauté.

Sur une scène, plusieurs personnes présentent un gros chèque.

Plus de 2500 $ ont été récoltés au profit des sans-abris du Grand Moncton.

Photo : Radio-Canada / Pascale Savoie-Brideau

Quatre élèves sont montés sur scène mardi soir pour exhiber fièrement un chèque de 242,60 $.

Ils ont amassé ce montant en posant un petit bol sur le bureau de leur enseignant. Ils ont invité le public à faire comme eux.

Nadine Duguay Lemay, présidente-directrice générale de Dialogue NB, a souligné que 1200 $ seront ajoutés au don de l'École Le Sommet, pour un total de 1442,60 $.

En plus des deux chèques, plus de 1000 $ ont été amassés lors de l'événement de mardi soir. Ces sommes seront remises au Comité directeur des sans-abris du Grand Moncton.

« Parlons de l'itinérance » est le cinquième événement du genre organisé par le Club Rotary Resurgo.

Avec les informations de Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Pauvreté