•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le robot-chien de Boston Dynamics joint les rangs de la police

Un robot-chien de Boston Dynamics ouvre une porte tandis qu'un autre l'observe.

Spot peut transporter des charges pesant jusqu’à 14 kg sur son dos, se relever quand il tombe et travailler à des températures entre -20 et 45 degrés Celsius. Il a une autonomie de 90 minutes et sa vitesse maximale est de 4,8 km/h.

Photo : Boston Dynamics

Radio-Canada

Spot, le robot quadrupède de Boston Dynamics qui a fait plusieurs fois le tour du web dans différentes vidéos virales, est maintenant utilisé par la police d’État du Massachusetts, aux États-Unis, afin de prêter main-forte aux forces de l’ordre dans des situations dangereuses.

C’est l’escouade antibombe de cette force policière qui a loué Spot après que Boston Dynamics a décidé en septembre de l’offrir en location aux entreprises ou organismes qui souhaitaient l’aider à développer ses compétences. 

Elle s’est jusqu’à maintenant servie du robot-chien à deux reprises en tant qu’« appareil mobile d’observation ». C’est donc dire qu’il a été envoyé dans des lieux dangereux afin d’être « les yeux et les oreilles » de la police sur le terrain, sans risquer la vie d’un être humain. 

La technologie robotique est un outil précieux pour les forces de l’ordre en raison de sa capacité de fournir une connaissance situationnelle d’environnements dangereux, expliquait le porte-parole de la police d’État du Massachusetts, David Procopio, dans des documents obtenus par la radio locale WBUR News. 

Le robot-chien de Boston Dynamics ouvre une porte. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Spot a été envoyé à des lieux dangereux pour afin d’être «les yeux et les oreilles» de la police sur le terrain.

Photo : Boston Dynamics

Le contexte spécifique dans lequel Spot a été déployé demeure toutefois incertain.

Craintes d’arsenalisation

L’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a vertement critiqué l’absence de détails en ce qui concerne l’utilisation de Spot par la police, soulevant du même coup des craintes d’arsenalisation du robot-chien.

Souvent, le déploiement de ces technologies se fait avant que nos systèmes sociaux, politiques et légaux puissent réagir. Nous avons besoin de plus de transparence de la part des agences gouvernementales, qui devraient être franches avec le public lorsqu’elles se servent de nouvelles technologies, a déclaré la directrice de la division Massachusetts de l’ACLU, Kate Crockford, au site TechCrunch.

L’ACLU demande formellement à Boston Dynamics de rendre publics les documents et courriels discutant, faisant référence ou se rapportant à l’arsenalisation de tout robot.

L’entreprise technologique a voulu se faire rassurante en envoyant une déclaration écrite au site Gizmodo, rappelant que ses ententes de location concernant le robot quadrupède ne permettent pas de se servir de Spot pour blesser ou intimider les gens

Spot peut transporter sur son dos des charges pesant jusqu’à 14 kg, se relever quand il tombe et travailler à des températures allant de -20 à 45 °C. Il a une autonomie de 90 minutes et sa vitesse maximale est de 4,8 km/h. Le robot peut se déplacer selon les directives qu’on lui donne, éviter les obstacles et maintenir son équilibre dans les circonstances extrêmes. Il est également résistant à l’eau, ce qui fait de lui un outil de travail assez polyvalent.

Avec les informations de WBUR News, Gizmodo, et The Verge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Robotique

Techno