•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des producteurs de grains ne traverseront pas 2019, avertit leur syndicat

La neige recouvre un champ de maïs.

La neige recouvre les champs de grains non récoltés dans plusieurs régions du Québec.

Photo : Radio-Canada

Carl Marchand

Plusieurs producteurs de grains ne survivront pas à l'année 2019 en raison des aléas du climat et des problèmes d'approvisionnement en propane, préviennent les Producteurs de grains du Québec (PGQ).

« Les gens sont extrêmement anxieux. Il y a des entreprises qui, malheureusement, ne pourront pas survivre à l'année 2019 », a affirmé mardi le président des PGQ, Christian Overbeek, en marge d'une rencontre avec le ministre de l'Agriculture.

Un printemps froid et un automne rude ont eu d'importantes conséquences dans les champs.

Christian Overbeek, président des Producteurs de grains du Québec, lors d'un point de presse le 26 novembre

Christian Overbeek, président des Producteurs de grains du Québec

Photo : Radio-Canada

Des années comme cette année, avec l'environnement d'affaires qui s'y rattache, ce n'est pas évident pour une relève de venir s'impliquer pendant 10, 15, 20, 40 ans dans notre secteur.

Christian Overbeek, président des Producteurs de grains du Québec

Selon l'estimation des PGQ, il reste encore pour environ 300 millions de dollars de récoltes qui n'ont pas encore été ramassées. Il est encore trop tôt selon eux pour chiffrer précisément les pertes.

« Donnez-moi du beau climat 10 jours et on atténue d'autant les pertes de récoltes potentielles. Emmenez-moi un climat de merde pour demain matin, deux pieds de neige, aucune possibilité de récolter, les pertes sont d'autant plus importantes », illustre l'agriculteur.

Les forts vents et les pluies d'octobre et de novembre ont rabattu les plantes au sol, ce qui multiplie par trois le temps pour récupérer le grain.

« L'ensemble de la machinerie agricole n'est pas faite pour travailler dans la neige, elle est faite pour travailler au soleil », ajoute M. Overbeek.

Le ministre à l'écoute

« L'objectif, c'est de faire en sorte qu'on collabore et qu'on apporte le meilleur soutien possible aux producteurs de grains », a pour sa part affirmé le ministre de l'Agriculture, André Lamontagne.

Les producteurs sont ressortis satisfaits de la rencontre. Ils demandent notamment un assouplissement des programmes d'indemnisation. D'autres rencontres sont prévues pour les jours à venir.

« La franchise est trop élevée. Les paramètres d'application sont difficiles à rencontrer. Les pertes financières sont trop importantes avant de commencer à recevoir une compensation », précise Christian Overbeek.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Agriculture