•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Usine de fer à Belledune : le promoteur espère être exempté de la taxe carbone

Un gros plan de minerai de fer

Maritime Iron envisage de transformer à Belledune du minerai de fer en fonte brute pour le marché américain.

Photo : iStock

Radio-Canada

L’entreprise qui projette la construction d’une usine de transformation de minerai de fer à Belledune souhaite une exemption de la taxe carbone du fédéral.

Maritime Iron propose de construire une usine de 1,5 milliard de dollars près de la station électrique d’Énergie NB. Son projet, s’il est réalisé, pourrait aider la région à se relever de la fermeture imminente de la Fonderie Brunswick.

L’usine augmenterait les émissions de gaz à effet de serre au Nouveau-Brunswick et l’entreprise devrait payer la taxe carbone du fédéral.

Mais Maritime Iron affirme que l’usine mènerait à une réduction des émissions à l’échelle internationale. L’entreprise cherche à savoir si une exemption de la taxe carbone est possible dans ce cas, explique sa vice-présidente aux affaires publiques, Elena Mantagaris.

Schéma des bâtiments de l'usine

Maritime Iron utiliserait un convoyeur de la société Énergie NB pour transporter le minerai de fer du port de Belledune jusqu’à l’usine projetée.

Photo : Maritime Iron

L’usine à Belledune réduirait les émissions globales parce qu’elle entraînerait le déplacement d’autres activités de transformation du fer et réduirait les distances à parcourir pour transporter le minerai et le produit transformé, explique Maritime Iron.

L’entreprise espère ainsi convaincre le gouvernement fédéral de lui accorder une exemption. Il est aussi possible que la nouvelle proposition de tarification que le gouvernement du Nouveau-Brunswick a soumise à Ottawa et qui est moins contraignante pour les grands pollueurs soit acceptée.

L’analyse de rentabilité du projet peut changer selon le cas, indique Elena Mantagaris, mais elle ajoute que le projet peut être réalisé même sans allègement fiscal.

Une source d’espoir à Belledune

La région de Belledune perdra 420 emplois lorsque la fonderie de plomb de l’entreprise Glencore fermera à la fin de l’année.

Maritime Iron estime que son projet créerait 1300 emplois directs durant la phase de construction et 200 emplois permanents par la suite.

L’entreprise a conclu une entente avec les communautés autochtones avoisinantes et elle présente son projet aux municipalités et à des groupes de gens d’affaires. Elle a aussi organisé une réception à Fredericton, mardi dernier, et accueilli plusieurs politiciens à cette occasion.

À l’Assemblée législative, dès le lendemain, le député libéral Guy Arseneault a demandé au gouvernement de considérer le projet comme étant urgent. Le chef de l’Alliance des gens, Kris Austin, estime que le projet est une lueur d’espoir pour la région et qu’il devrait progresser aussi vite que possible.

Guy Arseneault en entrevue

Le député libéral Guy Arseneault presse le gouvernement de traiter le projet comme étant urgent.

Photo : CBC/Ed Hunter

Le premier ministre progressiste-conservateur Blaine Higgs s’est montré circonspect. Il a reconnu que le projet peut changer bien des choses dans la région de Belledune, mais il faut d’abord s’assurer qu’il est crédible, a-t-il expliqué.

L’ancien premier ministre libéral Brian Gallant avait annoncé le projet en juin 2018, quelques mois avant le déclenchement des élections. Son gouvernement avait donné 625 000 $ à Maritime Iron pour une étude de faisabilité.

L’usine de Maritime Iron transformerait du minerai de fer en fonte brute. Le procédé dégagerait un sous-produit gazeux qui pourrait servir de combustible à la centrale électrique d’Énergie NB. Cela permettrait à la société de la Couronne de réduire de moitié le volume de charbon brûlé dans la centrale, estime Elena Mantagaris.

L’entreprise a présenté son étude d’impact environnemental en juin. Le gouvernement a demandé qu'on y ajoute des éléments. La version finale sera présentée dans un avenir très proche, dit-elle.

Si le processus d’approbation dure six mois comme c’est habituellement le cas, la construction de l’usine pourrait commencer l’été prochain, croit Mme Mantagaris.

L’usine utiliserait une technique de transformation provenant de l’entreprise coréenne Posco. Ses émissions d’oxyde d’azote, d’oxydes de soufre et de poussière seraient réduites de 90 % comparativement au procédé habituel , selon Elena Mantagaris.

Quelques véhicules sont garés devant les bâtiments de l'usine.

La Fonderie Brunswick, à Belledune, va définitivement fermer ses portes à la fin de l'année.

Photo : Radio-Canada

Le minerai de fer extrait au Québec et au Labrador est principalement transformé en Chine à l’heure actuelle. S’il était transformé à Belledune, explique Mme Mantagaris, les émissions de gaz à effet découlant du transport maritime seraient réduites de 98 %.

La fonte brute serait principalement vendue sur le marché américain. Maritime Iron espère devancer des concurrents étrangers en réduisant les émissions associées au transport, dit-elle.

Le ministère de l’Environnement et du Changement climatique ne pouvait confirmer, lundi, si les lois et règlements de la taxe carbone permettent des allègements basés sur une réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’extérieur du pays.

Blaine Higgs a déclaré à l’Assemblée législative, la semaine dernière, qu’il avait discuté du projet de Maritime Iron avec le ministre fédéral Dominic LeBlanc, l’année dernière.

Selon le premier ministre, M. LeBlanc a expliqué à ce moment que son gouvernement considérerait le projet comme pouvant réduire l’impact environnemental global, malgré une hausse des émissions à l’échelle provinciale.

Elena Mantagaris ne peut estimer pour le moment le volume de gaz à effet de serre que produirait l’usine. Blaine Higgs a dit la semaine dernière que ce volume sera peut-être équilibré par l’arrêt des émissions de la Fonderie Brunswick.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Industrie minière