•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d’infirmières, mais la pénurie persiste, selon l’OIIQ

Une main d'infirmière tenant un stéthoscope.

Malgré le nombre croissant d’infirmières au Québec, la pénurie persiste, constate leur ordre professionnel.

Photo : iStock / FabioBalbi

Radio-Canada

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), qui publie mardi son portrait national de la profession, évoque un véritable « paradoxe » : le nombre d'infirmières et infirmiers qui pratiquent au Québec augmente sans cesse depuis 10 ans, mais les milieux cliniques font tout de même face à des pénuries de ce type de personnel.

L'OIIQ, qui compte 76 360 membres, a délivré 3893 permis d’exercice en 2018-2019, ce qui représente un nouveau record, dépassant celui de 3879 enregistré en 2015-2016.

Dans un contexte où les besoins de santé sont non comblés, indique l'ordre, seulement 60 % de l’ensemble de l’effectif travaille à temps complet; chez la relève, ce taux est de seulement 26 %.

L’OIIQ constate ainsi, comme bien d'autres, un « manque de ressources criant sur le terrain » et dit suivre de très près cette situation complexe.

Dans son portrait de la situation, l'organisme constate un autre paradoxe : le taux de rétention dans la profession se situe à 90 %, alors qu’il est souvent entendu que les infirmières et infirmiers désertent la profession.

Par ailleurs, la région de Montréal compte à elle seule le tiers de l’effectif infirmier du Québec, soit 23 502 infirmières et infirmiers au 31 mars 2019. De plus, 1384 infirmières et infirmiers de la relève ont obtenu un emploi dans la région en 2018-2019, soit 41 % de la relève ayant intégré le marché du travail au cours de l’année, explique l'OIIQ.

Montréal compte ainsi l’un des taux d’infirmières et infirmiers pour 1000 habitants les plus élevés du Québec, ce qui s'explique en partie par la présence des grands centres hospitaliers universitaires, qui offrent des services suprarégionaux.

Une étudiante en soins infirmiers et un mannequin

Selon l’OIIQ, la proportion totale de l’effectif titulaire d’un baccalauréat en sciences infirmières a atteint 46 % au 31 mars 2019.

Photo : Radio-Canada

Les études

Selon l’OIIQ, la proportion totale de l’effectif titulaire d’un baccalauréat en sciences infirmières atteint 46 % au Québec. Dans le reste du Canada, cela varie de 63 % à 73 %.

Et cette proportion augmente lentement, malgré de grands besoins dans le réseau de la santé. Le taux d’employabilité d'un détenteur de baccalauréat en sciences infirmières est de 93,9 % contre 88,2 % pour les titulaires d’un diplôme d’études collégiales (DEC) en soins infirmiers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé