•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme systémique à la police de Thunder Bay : des progrès remarqués

Une femme policière dans un point de presse.

Plusieurs membres de la communauté autochtone affirment avoir confiance en Sylvie Hauth, qui est chef de la police de Thunder Bay depuis environ un an.

Photo : CBC

Radio-Canada

La directrice indépendante de l’examen de la police, Sylvana Capogreco, affirme avoir vu de « bonnes choses » lors de sa visite à Thunder Bay. Elle était de passage pour vérifier la mise en œuvre des 44 recommandations d’un rapport de son prédécesseur, Gerry McNeilly, intitulé Une confiance trahie, sur les relations entre le service de police et les Autochtones.

Le Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police (BDIEP) a examiné 37 enquêtes menées par la police de Thunder Bay qui concernaient une personne autochtone entre 2009 et 2018 .

Sylvana Capogreco pose pour une photo.

Sylvana Capogreco était à Thunder Bay les 20 et 21 novembre, près d’un an après le dépôt du rapport de son prédécesseur.

Photo : Bureau du directeur indépendant de l'examen de la police

Des progrès ont déjà été réalisés en ce qui concerne plusieurs recommandations, a souligné Mme Capogreco, notamment le début des nouvelles enquêtes sur neuf décès mentionnés dans le rapport et le renouvellement de l’Unité de liaison autochtone.

Les agents, le personnel et les membres de la Commission des services policiers de Thunder Bay reçoivent également une formation qui leur permet de mieux comprendre le contexte social et historique afin de mieux communiquer avec les membres de la communauté autochtone qu’ils rencontrent.

Une confiance en reconstruction

Pendant sa visite de deux jours, Mme Capogreco a discuté avec des représentants de plusieurs organismes, dont la Nation Nishnawbe Aski, l’École secondaire Dennis Franklin Cromarty et le conseil tribal Nokiiwin, pour recueillir leur avis, près d’un an après le dépôt du rapport de M. McNeilly.

Ce que j’ai entendu dire de façon retentissante, c’est que la communauté et la commission [des services policiers] ont beaucoup de respect pour la chef [de police], souligne Mme Capogreco.

La directrice du BDIEP raconte que plusieurs personnes lui ont dit que Sylvie Hauth, qui est devenue chef du Service de police de Thunder Bay en 2018, est dévouée, engagée et déterminée à apporter des changements, pour améliorer les relations avec les Autochtones.

La chef de police semble avoir une communication ouverte avec la communauté autochtone et ses dirigeants. La communauté m’a confirmé qu’elle peut téléphoner et parler [à Mme Hauth des questions touchant les Autochtones].

Sylvana Capogreco, directrice indépendante de l’examen de la police

Mme Capogreco affirme que les efforts devront se poursuivre. La réalité, c’est qu’il est difficile de bâtir la confiance et que c’est un processus continu.

Elle continuera de surveiller le travail accompli pour donner suite aux recommandations du rapport du BDIEP, notamment les efforts pour rédiger de nouvelles politiques concernant les cas de disparition.

Elle envisage de faire une autre visite l’année prochaine.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Autochtones