•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au Canada, le risque de décès augmente quand la pollution de l’air est élevée

Plan panoramique de Montréal, baignée de smog.

Du smog flotte sur Montréal par une journée très froide.

Photo : iStock / Matsou

Radio-Canada

Une étude menée par l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) démontre que le risque de décès augmente d'au moins 5 % chez les Canadiens qui vivent dans les zones où la pollution de l’air est élevée.

Michael Brauer, professeur de l’École de santé publique et des populations de UBC, a combiné des informations satellites et une cueillette de données au sol. Il a croisé ces résultats avec des données démographiques et psychographiques de Statistique Canada recueillies auprès de 9 millions de Canadiens.

C’est l’étude la plus exhaustive à ce jour en matière de pollution de l’air.

Michael Brauer, professeur et chercheur, UBC

Même si le chercheur qualifie l’air du Canada de propre, il précise que les Canadiens sont concentrés dans les centres urbains. « C’est inquiétant parce que des millions de Canadiens vivent dans des zones à pollution élevée », indique-t-il.

L’équipe de chercheurs rappelle que la pollution de l’air est le quatrième facteur de risque en importance dans le monde pour la mortalité ou le développement de maladies.

Les résultats publiés lundi proviennent de la première phase de l’étude. Les chercheurs planchent déjà sur une analyse qui permettra de comprendre la relation entre la pollution de l’air et les causes exactes des morts. Ils veulent aussi savoir si le déménagement d’une personne dans une zone où l’air est plus sain réduit le risque de décès.

Les chercheurs comptent élaborer un outil d’évaluation destiné aux décideurs. « Ça serait une sorte d’application web qui permet aux élus par exemple de voir quel est le niveau de pollution dans un secteur donné et de prendre des décisions en fonction de cette donnée », explique le professeur Michael Brauer.

L’étude a été menée en partenariat avec Statistique Canada et trois autres universités canadiennes ainsi qu’une université américaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Pollution