•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montée aux barricades contre l’implantation d’une antenne cellulaire à Sherbrooke

Daniel Gingras.

Daniel Gingras, porte-parole du groupe de citoyens qui s’oppose à l’implantation d'une tour cellulaire dans le secteur de la rue Felton, à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un projet de la compagnie Rogers, qui souhaite installer une tour cellulaire d'environ 50 mètres de hauteur dans le secteur de la rue Felton, à Sherbrooke, inquiète des citoyens.

On trouve que c’est trop facile comme processus. Industrie Canada ne doit aviser qu’une petite partie de personnes dans un rayon. À la grandeur des terrains ici, ça veut dire que très peu de personnes ont été avisées, explique Daniel Gingras, porte-parole du groupe de citoyens qui s’oppose à l’implantation de la tour cellulaire.

De plus, de nombreux citoyens sont contre le projet à cause de la présence d’autres tours à proximité. On se questionne sur le fondement d’installer une tour cellulaire. Les gens du secteur le disent, la couverture cellulaire n’est pas mauvaise, continue Daniel Gingras. De plus, il y a déjà des tours présentes pas loin.

On a des questions auxquelles on veut avoir des réponses avant de dire oui. On peut dire oui, mais à un autre endroit qu’ici.

Daniel Gingras, porte-parole du groupe de citoyens.

Des impacts sur la santé?

Des citoyens de la rue Felton craignent aussi que les antennes aient des impacts sur la santé, à cause, notamment, de la 5G qui sera disponible sur ces installations.

La santé, ça vient chercher beaucoup de gens du secteur.

Daniel Gingras, porte-parole du groupe de citoyens.

Il n’y a pas beaucoup de données au niveau des impacts de la 5G sur la santé. On se fait bombarder par des ondes. En Europe, il y a des freins qui sont mis sur la 5G, souligne-t-il.

Les citoyens se disent néanmoins ouverts à s’asseoir avec la compagnie Rogers. On veut qu’ils nous répondent. On est prêts à regarder avec eux d’autres pistes de solutions, conclut M. Gingras.

Le regroupement citoyen a fait circuler une pétition qui compte plus de 120 signatures. La pétition se positionne contre le projet sous sa forme actuelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Santé