•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La viande de béluga est une bonne source nutritionnelle, malgré les microplastiques

Des hommes se tiennent derrière une carcasse de béluga.

Billy Archie, à la droite, avec un béluga qu'il a chassé dans l'océan Arctique.

Photo : Gracieuseté de Billy Archie

Radio-Canada

Une étude du groupe environnemental vancouvérois Ocean Wise a découvert la présence de microplastiques dans sept bélugas trouvés près de Tuktoyaktuk, aux Territoires du Nord-Ouest. Les chasseurs de béluga de la communauté s’inquiètent de l’impact de ces microplastiques dans leur organisme.

Quels sont les effets de ces éléments lorsque je les mange?, s’interroge Billy Archie, d’Aklavi, aux Territoires du Nord-Ouest. Cet homme chasse le béluga depuis une trentaine d’années.

Or, selon Rhiannon Moore, l’auteure principale de l’étude menée par Ocean Wise, la chair de béluga est une source saine de nutrition, même si elle contient des microplastiques. Dans les animaux étudiés, les chercheurs ont trouvé en moyenne 7 microplastiques, soit des morceaux de moins de 5 millimètres.

Elle compare le fait de manger du béluga à du poisson, puisqu’ils contiennent aussi des particules de microplastique.

Pour sa part, James Pokiak, de Tuktoyaktuk, chasse le béluga depuis plus de 50 ans. Bien qu’il ne soit pas trop inquiet de la présence de particules de microplastique retrouvées dans les cétacés, il croit qu’il faut aller au fond de l’affaire et endiguer la source du problème.

Cette situation n’est pas seulement propre à notre communauté, avance-t-il. Des cétacés sont pêchés un peu partout dans le monde comme source de nourriture.

Le plastique est ici pour de bon

Ce qui m’inquiète, c’est de trouver les particules de microplastique assez haut dans la chaîne alimentaire, mais aussi dans des endroits reculés, dit Rhiannon Moore.

Elle se dit aussi plus préoccupée par les aspects inconnus de cette recherche, comme les effets à long terme de la consommation de microplastiques par les humains et la faune marine.

Les prochaines années verront une augmentation des microplastiques dans l’océan, croit-elle.

C’est ce que nous laissons en héritage aux prochaines générations.

Rhiannon Moore, chercheuse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Nutrition