•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Glyphosate : le débat est au point mort à Tracadie

Pulvérisation d'herbicide dans un champs de plantes de couverture.

Le glyphosate est l’herbicide numéro 1 au Canada et dans le monde.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le débat sur l'utilisation du glyphosate semble être au point mort, pour l'instant, à Tracadie au Nouveau-Brunswick.

La Municipalité régionale de Tracadie avait pourtant donné des signes, dans un passé récent, qu'elle envisageait l'interdiction complète du glyphosate sur son territoire.

Des militants, à Tracadie, s'opposent à l'utilisation du glyphosate

Amédée Boucher milite contre l'utilisation du glyphosate

Photo : Radio-Canada

Mais, quatre conseillers se sont opposés à l'interdiction et trois autres ont déclaré qu'il y avait présence de conflits d'intérêts.

Philippe Fergusion, l'un des quatre conseillers qui s'y sont opposés, explique son point de vue.

Philippe Ferguson

Philippe Ferguson

Photo : Gracieuseté

Je suis contre l'utilisation excessive du glyphosate, indique-t-il. Tout est source de pollution quand il y a de l'abus. Si on doit faire un règlement, il faut qu'il soit applicable. Si on n'a pas les effectifs pour mettre cette loi-là en application, c'est vraiment futile de faire ça. On a aussi dit qu'on veut plus d'information. Il ne faut pas seulement rencontrer ceux qui sont opposés à l'utilisation du glyphosate, mais aussi les agriculteurs, les producteurs de bleuets. Ça nous prend des informations. Après, on pourrait étudier ce qu'on met en application et de quelle façon on le fait.

Son collègue au conseil municipal, Jean-Yves McGraw, partage son avis quant au manque d'information.

On veut avoir le maximum d'information des personnes qui sont dans le domaine agroalimentaire, explique-t-il. On a déjà eu de l'information du ministère de l'Agriculure; des fonctionnaires sont venus nous informer sur l'utilisation du glyphosate. Avant de faire un arrêté comme ça, on veut savoir s'il y a des mesures qui peuvent être prises par l'industrie pour ne plus utiliser le glyphosate.

Le conseiller Jean-Yves McGraw

Le conseiller Jean-Yves McGraw

Photo : Radio-Canada

Monsieur McGraw note que l'épandage de glyphosate, en foresterie, se fait depuis les airs, ce qui n'est pas le cas selon lui en agriculture. Il laisse entendre qu'il n'est pas fermé à l'idée d'adopter éventuellement un arrêté sur l'interdiction, moyennant de possibles amendements.

On a adopté un arrêté sur l'usage domestique des insecticides et des pesticides, souligne-t-il. On permet seulement aux professionnels d'utiliser les produits qui sont visés. Si on est capable de le faire pour l'usage domestique, pourquoi ne pourrait-on pas le faire dans le secteur agricole?

Le maire a assez d'information

Le maire, Denis Losier, considère de son côté qu'il en a assez entendu sur les effets négatifs de l'utilisation du glyphosate.

Denis Losier debout dans la salle du conseil municipal

Denis Loiser, maire de Tracadie

Photo : Radio-Canada / René Landry

Certains conseillers ont mentionné qu'ils n'avaient pas assez d'information. Pourtant, on peut aller sur Google et avoir accès à tout ce qu'on veut. Si on se fie au dernier reportage de l'émission Enquête, l'information était très pertinente. C'est de la politique, municipale, provinciale et fédérale.

Il laisse entendre que la porte est malgré tout ouverte en vue d'un éventuel règlement municipal.

Mais, tant que certains conseillers ne changeront pas de position, on est au point mort avec l'arrêté sur l'interdiction du glyphosate.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique municipale