•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le meurtrier de Shanna Poissant en maison de transition

Le suspect marche escorté par des policiers.

Kurt Lauder, qui a changé son nom pour Viktor Alexander Vaderstrom, a été arrêté et jugé en 2005 pour le meurtre de Shanna Poissant, 16 ans.

Photo : Radio-Canada

Geneviève Garon

L'ancien lutteur qui a assassiné une adolescente de 16 ans à coups de barre de fer à Hemmingford en 2005 obtient le droit d'aller séjourner en maison de transition.

À 36 ans, Kurt Lauder, qui a changé son nom pour Viktor Alexander Vaderstrom, présente des remords pour le meurtre de Shanna Poissant, selon la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC), qui lui impose tout de même de strictes conditions afin de protéger les femmes.

Vous prenez la responsabilité de vos gestes et vous éprouvez des regrets pour la mort de la victime, note la CLCC, dans un rapport adressé au détenu daté du 14 novembre dernier, dont Radio-Canada a obtenu copie.

En juillet 2005, la disparition de Shanna Poissant avait causé une commotion dans sa municipalité au sud de la Montérégie.

Un de ses amis, Kurt Lauder, un ancien gardien de sécurité et lutteur de 23 ans, était le dernier à l'avoir vue vivante. D'intenses battues avaient été menées par des citoyens et des policiers pendant deux semaines, avant que le corps de l'adolescente soit retrouvé dans un boisé d'Hemmingford, près d'une piste cyclable.

Photo de Shanna Poissant

Shanna Poissant, 16 ans, a été assassinée en juillet 2005 à Hemmingford.

Photo : Radio-Canada

Kurt Lauder a battu à mort l'adolescente avec une barre de fer dans sa salle d'exercice, chez ses parents. Il a ensuite emprunté le véhicule tout terrain d'un de ses amis pour aller cacher le corps de la victime.

Le jeune homme a plaidé coupable à une accusation de meurtre non prémédité et a écopé de l'emprisonnement à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 15 ans.

Emprisonné en Ontario, il a changé son nom pour Viktor Alexander Vaderstrom en 2018.

Des policiers transportent une civière.

Les policiers avaient découvert le corps de Shanna Poissant dans un boisé.

Photo : Radio-Canada

Faible risque de récidive

En rencontre avec les commissaires, le détenu a raconté qu'il y a 14 ans, il vivait beaucoup de stress, puisqu'il avait rompu avec [sa] partenaire, perdu [son] contrat de lutte en raison de crises d'épilepsie et d'un usage abusif de stéroïdes, en plus d'avoir perdu [son] emploi à temps partiel comme agent de sécurité à Montréal.

La dernière évaluation présentée au CLCC conclut qu'il présente maintenant un risque faible de récidive. Sa motivation est élevée et son potentiel de réintégration est évalué à moyen.

Il a suivi des programmes en détention, notamment en lien avec la consommation de drogues et d'alcool. La Commission estime qu'il est prêt à intégrer une maison de transition.

Un emploi avec son cousin

Viktor Alexander Vaderstrom a l'intention de travailler avec son cousin qui possède une compagnie en ligne. Il souhaite aussi aider ses parents vieillissants et reconnecter avec d'autres membres de sa famille, selon le rapport.

Il espère obtenir son permis de conduire et suivre un cours sur les sciences animales.

Sa mère, Suzanne Grosser, avait été condamnée à cinq mois de prison en 2007 pour l'avoir aidé à nettoyer les lieux après le meurtre et à se débarrasser de certaines preuves.

Son père, Ian Lauder, lui aussi accusé de complicité après les faits, est mort avant d'être traduit en justice.

Pour ces raisons, la Commission lui impose un suivi psychologique afin de discuter à l'extérieur du cadre familial de la gestion de sa colère et de ses émotions.

Contacts avec les femmes sous surveillance

La CLCC est tout de même inquiète pour la sécurité des futures partenaires de Viktor Alexander Vaderstrom.

Parmi ses conditions, il devra donc immédiatement rapporter à son agent de libération conditionnelle toute relation intime avec une femme, qu'elle soit sexuelle ou strictement amicale.

Il lui est également formellement interdit de consommer des drogues ou de l'alcool.

L'avocat Marc Labelle, qui a représenté le meurtrier, n'est pas surpris que son ancien client soit réhabilité, puisqu'il n'avait pas le profil d'un criminel endurci.

L'évaluation qu'on en faisait, avec le juge et la poursuite, c'est que c'était un événement particulier, et que c'est quelqu'un qui pouvait bénéficier des années de détention pour s'améliorer et, après ça, reprendre un rôle plus actif dans la société.

Shanna Poissant serait maintenant âgée de 31 ans. Sa famille, anéantie, est partie vivre aux États-Unis quelques années après le drame.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Crimes et délits

Justice et faits divers